• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Collège de Sombernon : la rectrice d'académie a annoncé des mesures pour rétablir la sérénité et le dialogue

Mardi 14 mai 2019, Frédérique Alexandre-Bailly, Rectrice de l'Académie de Dijon est venue à Sombernon. Dans la salle polyvalente elle a annoncé aux parents d'élèves et aux enseignants les mesures prises pour apaiser les tensions au collège Jacques Mercusot. / © Amélie Douay / France 3 Bourgogne
Mardi 14 mai 2019, Frédérique Alexandre-Bailly, Rectrice de l'Académie de Dijon est venue à Sombernon. Dans la salle polyvalente elle a annoncé aux parents d'élèves et aux enseignants les mesures prises pour apaiser les tensions au collège Jacques Mercusot. / © Amélie Douay / France 3 Bourgogne

L'arrivée d'un adjoint au principal et la visite une fois par semaine d'un inspecteur de la vie scolaire chargé du suivi de la situation... Avec les mesures annoncées au collège Jacques Mercusot de Sombernon, tout le monde espère maintenant une ambiance apaisée.

Par Caroline Jouret

"La situation n'est pas réglée". C'est ce qu'a dit ce matin la rectrice d'académie, Frédérique Alexandre-Bailly, sur les ondes de France Bleu Bourgogne.  "C'est à chacun de s'emparer des mesures pour reconstruire quelque chose ensemble". 

Et la rectrice a ajouté : "On n'a pas donné une potion magique. On est dans un travail de reconstruction mais avec maintenant les bons leviers pour que ce travail se mette en place".

Au collège Jacques Mercusot l'ambiance a commencé à se dégrader en Janvier 2018. Des problèmes relationnels de plus en plus tendus au fil des semaines entre les enseignants et le principal du collège.

En Juillet 2018, devant la gravité de la situation, les enseignants ont fait une demande de médiation au rectorat. La réponse s'est faite sous la forme d'un déclenchement d'enquête administrative. 

Ce qui a mis le feu aux poudres, entraînant une vive réaction, c'est qu'avant même les résultats de l'enquête, deux enseignants ont été menaces de sanction pour problèmes relationnels avec le chef d'établissement.

Ces sanctions n'ont pas été actées. Cependant la rectrice d'académie a précisé que "des enseignants ont été appelés au rectorat pour qu'on leur dise qu'il y a des choses qui ne se font pas". 
 
© Amélie Douay / France 3 Bourgogne
© Amélie Douay / France 3 Bourgogne

La rectrice d'académie a reçu les organisations syndicales lundi 13 mai pour leur annoncer les mesures qui allaient être prises. Des mesures annoncées publiquement mardi soir à la salle polyvalente de Sombernon devant les parents d'élèves et les enseignants.

Du côté de l'UNSA-éducation, dans un communiqué publié en date du 10 mai 2019, dit regretter que les conflits récurrents n’aient pas pu être gérés plus rapidement et sans apaisement.

L'UNSA-éducation souhaite la mise en place d'une analyse précise des faits (au collège de Sombernon) qui permettra au sein du CHSCT départemental de proposer des mesures de prévention visant à prévenir ou à défaut gérer ce type de situation.

Le collège accueille près de 400 élèves. Un effectif très important pour un seul principal. Avec un adjoint qui vient étoffer l'équipe de direction on ose espérer que les choses aillent mieux.

Les vacances d'été commencent le 6 juillet prochain. Il reste encore 7 semaines d'ici la fin de l'année scolaire.
 

Le Communiqué de presse de l'UNSA éducation

Le collège de Sombernon traverse une nouvelle fois une zone de turbulences. Face à une telle situation, l’UNSA éducation privilégie toujours les solutions qui permettent de renouer le dialogue entre tous les membres de l’équipe éducative.

L'Unsa-Education souhaite la mise en place d'une analyse précise des faits qui permettra au sein du CHSCT départemental de proposer des mesures de prévention visant à prévenir ou à défaut gérer ce type de situation.

L’UNSA éducation regrette la médiatisation et la surexposition sur les réseaux numériques qui donnent, de façon injustifiée, une mauvaise image de
l’établissement.

L’UNSA éducation, à travers ses syndicats accompagne l’ensemble des personnels concernés. Une situation aussi complexe ne saurait avoir une seule cause, nous regrettons que les conflits récurrents n’aient pas pu être gérés plus rapidement et sans apaisement.

Nous espérons que tout sera mis en oeuvre pour que les élèves puissent terminer sereinement l’année.

Dijon, le 10 mai 2019

A lire aussi

Sur le même sujet

Canicule : la récolte du cassis en péril après les fortes chaleurs

Les + Lus