• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Convention citoyenne pour le climat : rôle, recrutement... Comment ça marche ?

© Juliette Micheneau/MaxPPP
© Juliette Micheneau/MaxPPP

Dès ce lundi 26 août, la sélection des participants à la convention citoyenne pour le climat débute. 150 Français vont être sélectionnés pour en faire partie. On vous explique comment cela fonctionne. 

Par Sarah Rebouh

La Convention citoyenne pour le climat est sur les rails. La sélection des Français qui intégreront cet organe débute ce lundi 26 août. 


Son origine


La création de cette commission a été une réponse gouvernementale au mouvement des gilets jaunes en France. Emmanuel Macron, lors du Grand débat en avril 2019, s'était engagé à mettre en place rapidement cette instance représentative. Le projet devait débuter en juin. C'est finalement à cette rentrée 2019-2020 qu'il naît officiellement.
 

Sa composition


Au total, 150 Français vont être tirés au sort. Ces derniers doivent être majeurs, inscrits sur les listes électorales et disposer d'un numéro de téléphone, portable (85%) ou fixe (15%). C'est un ordinateur qui a généré quelque 250 000 numéros qui vont être appelés au cours des deux prochaines semaines. Trois garants ont été désignés : Cyril Dion, co-réalisateur du documentaire "Demain", Anne Frago, directrice du service culture et questions sociales de l’Assemblée, et Michèle Kadi, ancienne directrice des missions institutionnelles du Sénat.

"On va prendre des gens qui sont à la fois jeunes et vieux, riches et pauvres, issus de l’immigration pour pas, écolos ou non" avait expliqué sur la radio France Inter le réalisateur et militant écologiste Cyril Dion, garant de la convention. 

Ce panel se veut représentatif de la société française en prenant en compte le poids des régions. Il sera donc composé à 52% de femmes et 48% d'hommes. Parmi eux, 28% des participants seront sans diplômes. Six tranches d'âge conformes à la pyramide des âges seront représentées. Des jeunes de 16 ou 17 ans pourraient également participer. 

"Les participantes et participants de cette Convention citoyenne toucheront une indemnité journalière de session de 86,24€, une indemnité de transport, une indemnité de perte de revenu professionnel (nombre d’heures de session + 10,03€) et si besoin une indemnité journalière de séjour" précise le site internet du Conseil économique social et environnemental. 
 

Son rôle


La convention se réunira pour la première fois du 4 au 6 octobre. Cinq autres week-ends de travail doivent avoir lieu dans les 6 mois à venir, date à laquelle les propositions de cette convention sont attendues. Elle aura pour mission de proposer des mesures pour réduire au moins de 40 % les émissions de gaz à effet de serre françaises. Ensuite, le gouvernement décidera du sort des différentes propositions. 

Cyril Dion a déclaré qu'Emmanuel Macron s’était néanmoins engagé à ce que les propositions faites par la convention citoyenne sur le climat "aillent sans filtre au Parlement, au référendum ou à l'application réglementaire directe".

"Les citoyens pourront discuter de tous les leviers d’actions, des dosages entre les différents leviers. Y compris la taxe carbone" a pour sa part expliqué François De Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire. Il s'est quant à lui montré favorable à un référendum à la suite des travaux du Conseil.

► Vous avez été appelés pour faire partie de la Convention citoyenne pour le climat ? Contactez-nous par mail à france3fc@gmail.com.
 

Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus