Coronavirus Covid-19 : fermeture des marchés, restriction des sorties... les nouvelles règles du confinement

A Dijon, la ville à l'arrêt depuis mardi 17 mars / © Romain Liboz / France Télévisions
A Dijon, la ville à l'arrêt depuis mardi 17 mars / © Romain Liboz / France Télévisions

Le Premier Ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce lundi 23 mars de nouvelles mesures concernant le confinement du pays. Les marchés ouverts, les sorties de plus d'une heure et les rendez-vous médicaux non indispensables sont désormais interdits. 

Par F.L. avec S.L.

Edouard Philippe, le Premier Ministre a annoncé un durcissements des mesures de confinement ce lundi 23 mars, sans aller jusqu'à un confinement total. Elles concernent 3 domaines : 
  • Des sorties de moins d'une heure et à moins d'un kilomètre

La présence en nombre de joggueurs ou de promeneurs a fait polémique. Les sorties sportives ou "pour promener ses enfants" sont désormais limitées à 1 heure et à maximum 1 kilomètre du domicile. Elles devront également se faire seul a précisé le Premier Ministre, ou uniquement avec les membres d'n foyer confiné et une seule fois par jour. 

  • Fermeture des marchés

"La tenue des marchés, couverts ou non et quel qu'en soit l'objet, est interdite", précise le décret paru ce mardi 24 mars. 
Il sera cependant possible de déroger à la règle, sur décision du préfet et sur demande du maire car les marchés sont "parfois le meilleurs moyens pour que les habitants aient des produits frais" à proximité de leur domicile a expliqué le Premier Ministre. Edouard Philippe a aussi mentionné la nécessité de conserver des débouchés aux producteurs locaux. Ces marchés ne devront alors pas accueillir plus de 100 personnes en même temps. 
 
  • Des rendez-vous médicaux réduits

Ne sont désormais autorisés que les rendez-vous indispensable "sur convocation" d'un médecin. 


 

Ces derniers jours, d'autres mesures avaient été annoncées. Les déplacements de personnes hors de leur domicile sont interdits, en dehors de certaines exceptions. 

  • Les déplacements domicile-travail

Il est possible de se déplacer de son domicile à son lieu de travail dès lors que le télétravail n’est pas possible. Dans ce cas, il faut disposer, en plus de l'attestation déplacement dérogatoire à remplir quotidiennement, d'une attestation employeur et d'une pièce d'identité.  Les déplacements professionnels sont possible uniquement s’ils ne peuvent être différés.
  • Les achats de première nécessité

On pourra faire ses achats de première nécessité uniquement dans les commerces de proximité autorisés. Certains bureaux de postes et bureaux de banque restent ouverts. 
 
 
  • Les déplacements familiaux

Sont autorisés les déplacements pour "un motif familial impérieux". Les déplacements concernant la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables sont autorisés (à la stricte condition de respecter les gestes barrières). 
 
  • Sortir son animal de compagnie

Les sorties des animaux de compagnie pour leurs besoins sont aussi autorisées. Mais là encore, elles doivent être brèves, à proximité du domicile et pas question de retrouver d'autres personnes à cette occasion.  Ce lundi 23 janvier, le Premier Ministre a fixé pour ces sorties un maximum d'une heure et de un kilomètre du domicile.
 
  • Faire (un peu) d'exercice


Faire de l’exercice physique est autorisé uniquement à titre individuel, autour du domicile et sans aucun rassemblement. Mais n’imaginez pas courir des kilomètres ! La fédération française de cyclisme ou la fédération française de pêche ont également toutes les deux appelé leurs pratiquants à "faire preuve de responsabilité en évitant toute pratique à l'extérieur durant cette période". La aussi, ces sorties ne peuvent dépasser 1 heure et se tenir à plus de 1 kilomètre du domicile. 

 
  • Les déplacements médicaux et les collectes de sang

Les déplacements pour se rendre auprès d’un professionnel de santé sont autorisés. Attention, de nombreux patients se présentent aux urgences avec des symptômes bénins. Il est recommander de se tourner vers un médecin généraliste et surtout de l'appeler avant de se rendre à son cabinet. Le recours à la téléconsultation est d'ailleurs facilité. A compter de ce mercredi 18 mars, les stéléconsultations sont prises en charge à 100 % par la sécurité sociale a annoncé Jérôme Salomon, le directeur général de la santé. Elles sont également possibles avec une sage-femme pour les femmes enceintes. 

Le 23 mars, le Premier Ministre a restreint ces possibilités aux consultations indispensable "sur convocation" d'un médecin. 

La collecte des dons du sang est d'ailleurs toujours possible.
 
  • Pas de promenades au parc (ou à la plage) 

"Il ne s'agit pas de se retrouver sur une plages publique, à la plage ou sur les berges de Seine". C'est ce qu'a précisé le ministre de l'Intérieur ce 20 mars. Et c'est valable pour toutes les autres berges. Plusieurs communes ont d'ailleurs pris des arrêtés en ce sens. A Auxerre, la plupart des parcs, squares et les berges de l'Yonne sont fermées.

A Chalon-sur-Saône, la ville a décidé de "fermer par arrêté municipal les parcs et jardins publics tout en interdisant la circulation piétonne et cycliste sur certaines portions de la ville." Les parcs et jardins, les quais et les berges de Saône ainsi que la presqu'Ile et le tour du lac des Prés Saint-Jean sont ainsi interdits d'accès 
 
  • Pas de départs en week-end !

C'est le mot d'ordre donné par le ministre de l'Intérieur ce vendredi 20 janvier. "Il n'y a pas de dérogation pour partir en weekend. Le combat que nous menons implique justement d'éviter de se déplacer (...) et de déplacer le virus un peu partour en France." Il annonce que des contrôles  auront lieu dans toutes les gares et les aéroports pour vérifier que les déplacements ne se font pas dans le cadre des loisirs
 
D'une façon générale : il faut rester chez soi , les regroupements de personnes sont interdits (à titre amical, associatif etc...)
  • La chasse et la pêche interdites en Saône-et-Loire

"Toute action de chasse (tir, courre) ou de destruction d’espèces (tir, piégeage, déterrage), qu’elle soit collective ou individuelle, est interdite" a annoncé mercredi 24 mars la préfecture de Saône-et-Loire dans un communiqué. Les autorisation délivrées à titre individuel sont également suspendues. "Toute activité de pêche de loisir est également interdite. Cette mesure concerne la pêche amateur aux
lignes comme la pêche amateur aux engins et aux filets."
 
  • Les lieux de culte et les obsèques

Les lieux de culte peuvent rester ouverts mais les rassemblements y sont interdits. Les messes et les prières collectives sont donc impossibles.
Une exception, les cérémonies funéraires, dans la limite de 20 personnes.

Mardi 17 mars, invité du journal de 20h, le Premier Ministre qui répondait à une question a recommandé de ne pas se rendre à des obsèques.  « Un ami est décédé il y a 48 heures. Avons-nous le droit de nous rendre à son enterrement ? » interrogeait un téléspectateur.  Le Premier ministre a alors répondu. « J’ai conscience que je vais dire quelque chose d’une très grande dureté, mais même dans ces circonstances, nous ne devons pas déroger à la règle. »
 
 

Une nouvelle attestation à télécharger 

Ce 24 mars, une nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est nécessaire pour chaque sortie. Elles est téléchargeable ici .
 

Nouveauté : la date et surtout l'heure de sortie sont à mentionner obligatoirement. Les sorties sont en effet limitées à 1 heure maximum. 

L'attestation est individuelle et doit être complétée à chaque sortie. Il s'agit d'une attestation sur l'honneur  pour justifier le motif de son déplacement. Elle est indispensable à chaque sortie.  Pour l'instant, il n'est pas possible de la télécharger sur son smartphone.

Pour certains déplacements, il faut également disposer de justicatifs permanents : carte professionnelle, planning, attestation de l'employeur...
 

Quelles sont les sanctions ?

Après une première journée où les policiers se voulaient plutôt tolérants, depuis mercredi 18 mars, toute personne en infraction risque une amende de 135 euros (majorée à 375€). La sanction peut même atteindre 1 500 euros en cas de récidive. Plus de 100.000 policiers et gendarmes en France sont mobilisés en France pour installer des points de contrôle mobiles et fixes "sur les axes routiers principaux et secondaires" 
.  

 

 

L'article du Journal Officiel, publiant le Décret relatif aux déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation contre le virus, est sur ce lien : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041728476&categorieLien=id
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus