Coronavirus Covid-19 : les magasins "La Halle" de Bourgogne-Franche-Comté menacés de fermeture ?

Nouvelle douche froide pour les salariés des magasins "La Halle". Après un plan de restructuration de l'ensemble des magasins en 2017, une procédure de sauvegarde menace cette fois l'ensemble des boutiques. La direction pointe du doigt le Covid-19. Un faux prétexte selon les syndicats. 

Images d'archives
Images d'archives © Sebastien JARRY - maxPPP
Le souvenir de 2017 est encore douloureux pour les employés. Un plan de sauvegarde et de l'emploi avec des départs volontaires avait restructuré l'ensemble des boutiques. En tout, plus de 1000 salariés ont quitté "La Halle". Dans la région, 6 boutiques ont baissé définitivement le rideau. Plus de 200 magasins ont disparu. Tout comme la "Halle aux chaussures" qui ne fait désormais plus qu'un avec la "Halle aux vêtements". Une stratégie pour relancer une entreprise malade, selon la direction. Aujourd'hui, c'est le même schéma qui se dessine. 
 
Photo illustration magasin La Halle
Photo illustration magasin La Halle © Philippe Renault MAXPPP

 

Février 2020, une nouvelle coupe dans les effectifs 


La direction évoque des difficultés financières. Et précise qu'elle doit faire face à un secteur de l'habillement et de la chaussure en baisse depuis des années.
 

La Halle n'est pas déficitaire sur le dernier exercice, il y a une volonté très claire de trouver tous les prétextes pour se séparer des magasins       


Dans les prévisions, il apparaît une perte de 106 millions d'euros de chiffre d'affaires entre mars et mai 2020. Alors, en début d'année, un projet de réorganisation a été présenté aux syndicats. Dans ce plan, des suppressions de postes au siège et dans l'entrepôt de la Halle à Issoudun dans l'Indre. Nous avons contacté par téléphone, Jean-Louis Alfred, il est délégué syndical CFDT pour l'ensemble du groupe Vivarte. Son syndicat est majoritaire à La Halle. Et pour lui, depuis 2017, il y a une volonté très claire de démanteler La Halle. Le syndicaliste précise que l'entreprise n'est pas déficitaire.
 

Un plan de sauvegarde en avril sur fond de crise sanitaire 

 

Début mars, Jean-Louis Alfred délégué CFDT rencontre la direction, on lui dit que concernant La Halle, le parc est parfait. Rassuré ? Pas vraiment, puisque quelques jours plus tard, le Président de la République annonce le début du confinement. Des restrictions qui vont pénaliser et fragiliser  l'économie. Au groupe Vivarte, on s'inquiète de la situation, les magasins sont fermés, plus de clients. Avec un chiffre d'affaires de plus de 800 millions d'euros, la direction décide de solliciter le tribunal de commerce de Paris pour une procédure de sauvegarde. C'est accepté et cela permet à la société d'étaler le règlement de certaines créances et de suspendre le paiement des loyers, le temps de se réorganiser. Le délai est d'un mois pour trouver une solution. Puis ensuite, il y aura 6 mois d'observation.
 

Le "faux prétexte" du coronavirus selon la CFDT 

Pour la délégué syndical du groupe Vivarte, la crise sanitaire a juste accéléré un choix déjà dans les cartons depuis plusieurs mois. Il pointe du doigt l'actuel PDG en poste depuis 2017, dans sa gestion de l'entreprise. "A peine une semaine que le coronavirus était là, les magasins fermés,  que la direction nous parlait déjà de la difficulté des loyers à payer" argumente Jean-Louis Alfred, délégué CFDT.
 


En Franche-Comté, la vingtaine de magasins est dans l'incertitude totale

Très clairement, les possibles repreneurs de La Halle ont jusqu'au 25 mai pour se faire connaître. Les magasins de la région ne peuvent prédire leur avenir. Et comme le précise également le délégué syndical CFDT, la liquidation de la plate-forme asiatique du groupe ne rassure pas tout.  Elle fournit près de 60% des magasins. 


On coupe les robinets, on vide les stocks, les dépôts pour assécher les magasins


Lundi 25 mai est très attendu par les 6000 salariés, il se murmure qu'un groupe déjà connu dans l'habillement pourrait prendre part à un possible rachat. Mais pour Jean-Louis Alfred, c'est une certitude, l'ensemble des 860 magasins restants ne seront pas sauvés. La crainte d'un nouveau et vaste plan de licenciements ou de départs volontaires est redouté.

 






 
La Halle, ex groupe André

La Halle appartient au groupe Vivarte. Plus connu avant sous le nom du groupe André. Un changement de dénomination mais avec le même objectif, l'activité et la distribution de prêt-à-porter et de chaussures.

En 2007, le groupe détenait plus de 5.000 magasins sous 24 enseignes différentes dont Caroll, Kookaï et La Halle.  Plusieurs crises ont perturbé les objectifs des différentes directions. Avec dans la balance, la vente de marques emblématiques comme Chevignon ou Kookaï. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie crise économique coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter