Coronavirus Covid-19 : "Ne pas diaboliser les transports publics au moment du déconfinement"

Reprendre le train, les bus, le chemin du travail via les transports en commun. Un scénario qui peut effrayer au moment du déconfinement. Pour la FNAUT, la fédération nationale des usagers de Bourgogne Franche-Comté, la gestion des flux devrait rester gérable.

© Philippe Trias - maxPPP
Reprendre sa voiture pour aller au travail alors qu'on prenait le train d'habitude. Eviter les bus et enfourcher son vélo pour ne pas risquer une possible contamination dans les transports. Des comportements qui vont inévitablement se mettre en place à partir du lundi 11 mai où beaucoup de Français vont reprendre le chemin du travail.

Le masque sera obligatoire dans les transports, la distanciation sociale parfois délicate à garantir et assurer. A Besançon, le réseau Ginko offrira à partir du 11 mai par exemple 84% de son offre de service. La ville annonce à titre expérimental la mise en place d'une voie réservée aux cyclistes sur une partie du boulevard entre les tours de l'Amitié et la rue de Vesoul.

Du côté des usagers des transports représentés par la FNAUT, pas trop d'inquiétudes concernant cette reprise. "On est beaucoup moins inquiets que nos collègues parisiens" explique Patrick Noblet, représentant de la FNAUT pour la Franche-Comté.  "Certes, le port du masque sera obligatoire dans les transports, et cela peut décourager quelques usagers, mais en Bourgogne Franche-Comté, la gestion des flux de voyageurs devrait rester gérable" pense-t-il.
 

Des trains en nombre suffisant, du gel hydroalcoolique, des masques demande la FNAUT



Le 11 mai, les collégiens, lycéens, étudiants ne reprendront pas les transports en commun, un certain nombre de salariés vont rester encore en télétravail.

Pour que tous les voyageurs soient transportés dans de bonnes conditions sanitaires, la FNAUT souhaite que dès le 11 mai, l'offre en matériel (rames, voitures voyageurs, bus, cars) soit à minima de 50% de la normale avec une desserte ferroviaire sur toutes les lignes TER (y compris relations interrégionales et transfrontalières).
La FNAUT attend aussi des horaires de trains en capacité  d'absorber des heures de pointe et permettre le respect des gestes barrières. Désinfection des véhicules de transports, des zones d'attentes, stations de bus et cars, mise à disposition de gel hydroalcoolique et éventuellement de masques aux voyageurs qui n'en auraient pas : ces points doivent aussi faire partie de la reprise du trafic, selon la fédération des usagers.

Selon la FNAUT, en Bourgogne Franche-Comté, le trafic normal de voyageurs TER se situe entre 60 à 70.000 personnes par jour. Pendant le confinement, moins de 2.000 voyageurs ont pris le train chaque jour. Qu'en sera-t-il au moment du déconfinement ?


Un risque de voir plus de trajets individuels en voiture


La FNAUT BFC se dit favorable à l'expérimentation de l'urbanisme tactique qui consiste à aménager des pistes cyclables provisoires mais sécurisées. Comme à Besançon sur une portion de quelques kilomètres du boulevard.

Elle se dit pour un l'étalement nécessaire du retour des usagers dans les transports publics afin d'assurer la sécurité sanitaire. Mais toutes ces mesures et le déconfinement ne doivent pas favoriser le retour à la voiture individuelle qui serait contre-productif pour la sécurité routière et l'environnement, estime la FNAUT.

 
Quelles mesures sanitaires pour les voyageurs du réseau Ginko à Besançon
Dès les 11 mai, les horaires seront ceux des vacances scolaires. Avec 84% d'offre de service, bus et trams.

Dans les bus et les trams, voici les mesures mises en place
 
  • Un siège sur deux est neutralisé, afin de favoriser la distanciation.
  • Dans le bus, la montée s'effectuera par la porte avant afin de gérer les flux de montée et descente et éviter les croisements de voyageurs.
  • A chaque arrêt de bus ou station de tram, les portes du bus et tram sont automatiquement toutes ouvertes, afin de limiter l'utilisation et les contacts avec les boutons.
  • Des bus grandes seront affectés en priorité pour garantir une capacité de transport maximale et le respect des mesures de distanciation.
  • Nettoyage renforcé des bus, trams et distributeurs de titres au moyen de produits virucides adaptés.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société transports en commun économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter