Coronavirus Covid-19 : les trajets semés d'embûches des routiers

Les conditions de travail des routiers ne sont pas faciles en pleine épidémie de coronavirus. / © Christophe Gaillard / France 3 Bourgogne
Les conditions de travail des routiers ne sont pas faciles en pleine épidémie de coronavirus. / © Christophe Gaillard / France 3 Bourgogne

Les chauffeurs routiers sont toujours mobilisés pour nous approvisionner pendant le confinement décidé face à l'épidémie de Covid-19. Leurs conditions de travail ne sont pas facilités avec des restaurants, des toilettes et des douches pas forcément accessibles.

Par M. F. avec Valentin Chatelier

Avec le confinement décidé pour faire face à l'épidémie de Covid-19, les routiers sont presque seuls au monde sur les routes. Mais la situation n'est pas idéale pour autant. Par exemple, des toilettes ne sont pas toujours accessibles, surtout dans les lieux de déchargements.

"Il y a des affiches stipulant 'interdit aux routiers'. Ça dégoûte un peu quand même. On essaye d'aider la France, faire continuer l'économie et on nous interdit de s'arrêter prendre des douches, d'aller aux toilettes… On n'est pas considérés commets des chiens mais presque", regrette un chauffeur venu du Puy-en-Velay rencontré sur l'aire de Merceuil sur l'autoroute A6 en Côte-d'Or, où les toilettes sont là bien accessibles.
 
Une affichette interdisant l'accès aux routiers.
Une affichette interdisant l'accès aux routiers.


Un autre routier que nous croisons sur l'aire de Gevrey-Chambertin nous décrit des conditions similaires. Il est difficile pour lui de trouver un lieu pour se doucher, se restaurer, même si la situation s'améliore. "On voit vraiment qu'on n'est pas la priorité. Ils préféreraient qu'on mette 400 litres de gasoil plutôt que de leur emprunter leurs toilettes. C'est malheureux à dire mais c'est la réalité du moment."
 

Près de Beaune, l'auberge du guidon fait d'habitude 150 couverts. Malgré l'absence de clients, les propriétaires ont décidé de ne pas fermer et proposent aux routiers des plats du jour à emporter. Et surtout un endroit pour faire une pause. Des douches et des sanitaires sont mis à leur disposition. "Ils sortent vraiment de l'autoroute pour venir chez nous. J'ai fait de la pub un peu partout. Ils sont vraiment contents qu'on soit ouvert", explique Virginie Maitret, la propriétaire du restaurant.

Après la colère des routiers, une décision a été prise le week-end dernier. Un décret rend obligatoire l'accès à un point d'eau ou à du gel hydroalcoolique quand ils arrivent à une zone de livraison.
 
Coronavirus Covid-19 : les trajets semés d'embûches des routiers
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus