Coronavirus Covid-19 : En Saône-et-Loire, le torchon brûle entre le préfet et un syndicat de police

Dans un communiqué publié à la suite d’une réunion du CHSCT "périmètre police",  l’un des principaux syndicats des forces de l’ordre dénonce le « mépris » du préfet de Saône-et-Loire. Les policiers sont, par ailleurs, inquiets de l'absence de protection de leurs collègues face au coronavirus.
 

A Chalon-sur-Saône, les policiers portent des gants mais pas de masques
A Chalon-sur-Saône, les policiers portent des gants mais pas de masques © Anthony Borlot / France Télévisions
C’est un véritable coup de gueule que pousse le syndicat Alliance - Police Nationale en Saône-et-Loire. Dans un communiqué, il dénonce l’attitude du préfet du département lors d’une réunion du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail CHSCT "périmètre police" du département. Une réunion qui s’est tenue ce mardi 24 mars en préfecture de Macon.

Alors que les policiers souhaitaient attirer l’attention sur le manque de moyens matériels pour assurer leur sécurité lors des contrôles sur le respect du confinement en cette période d’épidémie de covid-19, le syndicat estime la réponse du préfet « suffisantes » ajoutant que « les forces de sécurité ne font pas partie de ses priorités en cette période de crise ».

Alliance police nationale dénonce « l’attitude condescendante et irresponsable » du représentant de l’État qui aurait quitté la réunion avant son terme « sans aucune forme de politesse » conclue le syndicat de policiers.  

Du côté de Unité SGP Police, Philippe Biasuz, secrétaire départemental, qui siégeait à ce CHSCT partage l’avis du syndicat Alliance : « le préfet semble plus préoccupé par d’autres secteurs comme les hôpitaux et les maisons de retraites que par la situation des forces de l’ordre ». Le syndicat, émanation de FO, « il n'est pas envisageable de ne pas utiliser des masques lors des contrôles en lien avec le confinement ».

Pas de masques, pas de contrôle


Unité SGP Police tout comme l’UNSA Police, au niveau national, s’inquiète des rumeurs de demandes aux directions de la Police de se déposséder de leurs stocks de masques FFP2 au profit des personnels de santé. Les syndicats affichent le mot d’ordre : « pas de masques, pas de contrôles ».
 
La réponse du préfet de Saône-et-Loire
Les masques de type FFP2 sont d’abord destinés prioritairement aux personnels soignants, en particulier ceux qui interviennent au plus près des malades les plus gravement touchés, ceux en réanimation et en soins intensifs en milieu hospitalier.

Les autres masques de protection sont présents dans les services de police de Saône-et-Loire. Une livraison de masques neufs a eu lieu en mars 2020. Ces masques ont vocation à être utilisés lors d’un contrôle, d’une interpellation ou d’une garde à vue, lorsque la situation le nécessite, en présence d’une personne susceptible d’être porteuse du coronavirus-Covid 19.

Les services de police sont également dotés de gants, de gel hydroalcoolique et de lingettes désinfectantes. Des mesures d’organisation des services et d’accueil du public ont par ailleurs été mises en œuvre afin de permettre le respect des mesures barrières qui sont essentielles pour limiter les risques.

Pour certaines situations particulières, notamment lors des mises en bière de personnes décédées des suites du Covid 19, et pour les actes de police technique et scientifique, des consignes et des fiches méthodologiques ont été diffusées en début de semaine.

Le préfet sait pouvoir compter sur la maîtrise des fonctionnaires de police auxquels il rend hommage une fois de plus, dans un contexte difficile pour tous. Le préfet et la directrice départementale de la sécurité publique restent particulièrement attentifs aux conditions de travail qui leur tiennent particulièrement à cœur.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sécurité police