• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

L’orchestre symphonique inter-écoles de musique de Côte-d’Or fête sa 10e année en 2018. Il rassemble élèves et professeurs des écoles de musique et conservatoires.

Des jeunes musiciens et des professeurs

Il pourrait être un orchestre comme tous les autres. Mais celui-ci est bien particulier. L’orchestre symphonique inter-écoles de musique de Côte-d’Or est composé de différents publics : les élèves des écoles de musique et des conservatoires, des professeurs pour les encadrer, et même quelques amateurs.

Marie-Emmie est encore au lycée à Dijon et elle participe à cet orchestre symphonique. Nous l’avons suivie juste avant le concert du vendredi 30 mars, au Polygone de Chevigny-Saint-Sauveur. Trois fois par semaine, elle pratique son instrument de prédilection au conservatoire. Elle, c’est le cor.

Dans cet orchestre, elle joue accompagnée de 80 musiciens. "Ça m’apporte beaucoup, ça change des harmonies où il n’y a que les vents. Là, il y a les violons, la harpe, le piano…". Pour elle, c’est une opportunité de jouer, très jeune, dans un orchestre symphonique.

Une lycéenne dans un orchestre symphonique



Des cours de violon à l'orchestre symphonique

Comme Marie-Emmie, Juliette fait aussi partie de cet orchestre. Elle joue d'un autre instrument : le violon. Plusieurs fois par semaine, elle prend des cours à l'école de musique de Chevigny-Saint-Sauveur.

Violons, pianos...


Pour elle, participer à ce projet permet de progresser. "Quand on est en orchestre, il faut apprendre à écouter tout le monde, à bien respecter sa partie. Il y a aussi le chef d'orchestre. Ce n'est pas quelque chose de courant, mais il faut apprendre ses gestes par exemple", précise Juliette.

"Dans un grand orchestre, il arrive et nous explique comment cela fonctionne, pourquoi il fait ces gestes pendant le concert. Au début, on se concentre plutôt sur notre partition, on ne le regarde pas trop. Mais au fur et à mesure des séances, on comprend qu'il faut lâcher la partition et regarder le chef d'orchestre. On s'y fait et c'est encore mieux", ajoute Juliette qui souhaite travailler dans un orchestre symphonique plus tard.

Des cours de violon à un orchestre symphonique

Pour sa professeure, Sylvie Clairet, cet orchestre est une sorte de récompense pour l'investissement des élèves, mais aussi des parents. "Les enfants qui intègrent l'orchestre comprennent pourquoi ils ont travaillé tant d'années et avec beaucoup d'acharnement. Les parents le comprennent aussi. C'est beaucoup d'efforts et un investissement financier pour acheter les instruments", explique celle qui joue à côté de son élève dans l'orchestre.

Cela sert aussi "d'exemple pour les plus jeunes. Quand ils assistent au concert, ils se disent 'un jour, j'irai dans cet orchestre'". 

 

 

Vivez la répétition à 360°, comme si vous y étiez

[Vidéo 360°] Un extrait de Rhapsodie in blue de Georges Gerswin, par l'OSIEM de Côte-d'Or
[Vidéo 360°] Ouverture de Funny Face de Georges Gerhwin, par l'OSIEM de Côte-d'Or

 

3 questions au directeur du conservatoire de Chenôve

Marc Kurzmann est le directeur du conservatoire de Chenôve. C'est selon lui une bonne occasion pour permettre aux jeunes de jouer dans un orchestre symphonique.

"Aucune école de musique ou conservatoire n'a suffisamment d'effectifs pour faire cela tout seul. Cela permet aussi aux professeurs de travailler sur un programme précis avec leurs élèves, sur la musique symphonique", précise-t-il.


3 questions au directeur du conservatoire de Chenôve