Côte d'Or : les professionnels du tourisme retrouvent (un peu) le sourire avec les premières réservations

Ce jeudi 6 mai, quelques jours après la levée de la règle des 10 kilomètres et des restrictions de déplacement, les professionnels du tourisme ont le sourire en Côte-d'Or. A défaut de touristes, pour l'instant, ce sont les réservations qui font leur retour.

Le clocher de l'Hôtel-Dieu à Beaune, emblématique d'un lieu hautement touristique (image d'illustration - archives)
Le clocher de l'Hôtel-Dieu à Beaune, emblématique d'un lieu hautement touristique (image d'illustration - archives) © FTV

A Beaune (Côte d'Or), Médéric Fauchille voit les réservations arriver en nombre. Il est directeur des hôtels Mercure et Greet dans la capitale des vins et constate un premier effet déconfinement. "On peut dire qu'il y a un vrai effet d'annonce pour le week-end de l'Ascension, mais surtout pour le week-end de Pentecôte avec la possibilité d'ouverture des restaurants." Selon lui, le retour à la normale n'est tout de même pas pour demain. "On n'est pas encore sur le flux habituel de cette période, mais par rapport à la semaine dernière, on est sur une vraie évolution positive."

A la suite de l'annonce du calendrier de déconfinement par Emmanuel Macron le 30 avril, les 4 étapes rythmant le déconfinement semblent avoir débloqué les envies de week-end. A commencer par la fin de la limitation des déplacements et de la limite des 10 kilomètres depuis le 3 mai, qui ouvre la porte à des escapades durant le mois de mai. Le 19 mai, ce sont les restaurants qui pourront rouvrir en terrasse. 

Depuis 3 jours, on voit crescendo, chaque jour, un peu plus de réservations !

Méderic Fauchille, directeur de l'hôtel Mercure Beaune Centre

Une reprise à nuancer

Si les réservations reprennent progressivement, elles ne permettent cependant pas aux professionnels de se projeter sur les prochains mois. "Les réservations ne se font que sur le mois de mai. Les gens ne se projettent pas encore totalement sur l'été, reconnaît le gérant d'hôtels et vice-président Hôtellerie indépendante à l'UMIH 21. Il est temps de se projeter et de prendre un peu d'avance, pour nous comme pour eux. Nous, on se prépare à cette forte saison. On s'attend à un flux important !"

A Dijon, un autre hôtel confirme une "tendance légèrement à la hausse". Si la fréquentation actuelle se compose essentiellement de professionnels de passage, les touristes font timidement leur retour. "Chaque jour, on enregistre un peu plus de réservations. Et nous avons déjà des réservations pour l'été." 

Une "envie de plein air"

Pour ces premières escapades, ce sont avant tout les activités de plein-air qui sont plébiscitées. C'est ce que constate Anke Fatet, de l'Office du Tourisme Beaunois. "Aussi bien pour le week-end de l'Ascension, que pour la réouverture des terrasses (le 19 mai ndlr), qui donne peut-être une envie de plein air, on a des demandes sur des activités qu'on peut déjà faire sur notre secteur, notamment le vélo et les randonnées. On nous demande tout ce qui est ouvert et accessible actuellement, ainsi que les marchés, ceux de Beaune et Chagny."

Anke Fatet précise que les appels reçus à l'Office du tourisme traduisent "une certaine impatience de réouverture, concernant les terrasses et les sites à découvrir, notamment l'Hôtel-Dieu. L'envie d'évasion est déjà là pour le week-end de l'Ascension."

Les professionnels en sont en tout cas convaincus, la reprise sera progressive. Avec moins de touristes étrangers, la saison 2021 ne ressemblera pas à celle de 2019. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie déconfinement société