"50 arrêts maladie en 2 ans" : dans cette MFR en Bourgogne, une partie du personnel demande le renvoi de la directrice

Une partie du personnel de la maison familiale rurale de Ruffey-lès-Beaune (Côte-d’Or) manifeste ce mercredi 22 mai après-midi devant l’établissement d’enseignement privé. Un ras-le-bol face aux nombreux problèmes qu’ils disent rencontrer : arrêts maladie en série, burn-out ou entorses répétées au droit du travail.

"On est arrivé à un point de rupture, on pense que la directrice n’est pas quelqu’un capable de changer. La seule solution radicale, c’est son départ. Rien ne changera, tant qu’elle sera là", déclare la référente handicap à la MFR de Beaune-Grandchamp de Ruffey-lès-Beaune, Julia Devevey, au nom d'une partie des salariés. Cet établissement d’enseignement privé, fonctionnant selon le concept original de l’alternance, existe depuis 1962.

Mais depuis plusieurs années, la liste des griefs est longue. Le constat est là : 50 arrêts maladie en 2 ans, des démissions et des burn-out. Des chiffres qui représentent, selon des salariés, « le mal-être généralisé de l’équipe ».

Une directrice "pas à l'écoute"

Le management de la direction est remis en cause : déni de démocratie et absence de liberté d’expression sous peine de sanctions, sanctions disciplinaires abusives allant jusqu’au licenciement ou encore entrave dans la préparation des jeunes aux différents examens. "La directrice est une personne qui n’est pas à notre écoute, qui n’entend pas quand on alerte sur des dysfonctionnements ou des manquements au droit du travail. Deux collègues sont mis à pieds conservatoires en vue d’un licenciement".

On veut alerter les membres du conseil d’administration qui semblent ne pas être au courant de la situation. La communication est complètement coupée.

Julia Devevey

Membre du personnel de la MFR

Benoît Montfort, moniteur-responsable CFDT au CSE déplore lui aussi le manque d'écoute : "je pense que dans une maison familiale, le dialogue social doit être primordial. Il y a un vrai problème de communication entre l'équipe pédagogique et le conseil d'administration. Les dysfonctionnements avec la direction ont débutés il y a deux ans avec une accélération depuis la rentrée de 2023".

Une décision attendue du conseil d'administration

Le Conseil d’administration se réunit en fin de journée vers 18h30. L’occasion pour le personnel de demander le renvoi de la directrice. "Les membres du conseil d’administration semblent ne pas être au courant de la situation. Ils n’ont connaissance de la situation que par le biais de la directrice", déplorent certains salariés.

Les membres du conseil d'administration n'ont pas souhaité commenter la situation auprès de notre équipe de France 3 Bourgogne sur place. Philippe Fayolle, directeur de la fédération régionale des maisons familiales de Bourgogne-Franche-Comté précise s'être déplacé sur place "pour comprendre la situation. Après avoir entendu les salariés, nous souhaitons rencontrer la direction et le conseil d'administration. L'objectif est d'apaiser la situation".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité