• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : le vigneron-cinéaste Guillaume Bodin ouvre le débat contre les pesticides

L'affiche du film "Insecticides mon amour" de Guillaume Bodin
L'affiche du film "Insecticides mon amour" de Guillaume Bodin

Guillaume Bodin a réalisé Insecticide mon amour, une enquête de plus de deux ans autour du problème des traitements obligatoires contre la flavescence dorée dans le vignoble bourguignon. Il participera à une soirée-débat au Cap'Cinéma à Beaune, en Côte-d'Or, vendredi 20 novembre 2015, à 20h.

Par M. Bessard avec AFP

C’est le 2ème film de Guillaume Bodin qui avait tourné en 2010 « La clef des terroirs », un documentaire qui montrait la vie de vignerons ayant choisi de travailler au plus proche de la nature. Dans ce nouveau film, le jeune vigneron-cinéaste veut dénoncer la dangerosité des pesticides, à travers des documents et des témoignages comme ceux d’Emmanuel Giboulot, ce vigneron ayant refusé de traiter aux insecticides, Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS et lanceur d’alerte sur les effets de l’utilisation des pesticides sur l’environnement ou encore Claude et Lydia Bourguignon qui expliquent l’impact de ces produits chimiques sur l'écosystème des sols. Ces derniers ont participé à un débat lors de la projection du film au cinéma Devosge, à Dijon, dimanche 18 octobre 2015.


Un vigneron reconverti dans le documentaire

En 2013, Guillaume Bodin décide de quitter son travail au domaine de la Soufrandière à Vinzelles (Saône-et-Loire), que gèrent des pionniers de la biodynamie dans le Mâconnais, les frères Bret. Il veut comprendre un arrêté préfectoral qui impose alors un traitement pour lutter contre la flavescence dorée, une maladie mortelle de la vigne. Alors que les vents soufflent à 60 km/h, trois semaines d'épandage sur tout le vignoble lui ont valu maux de tête et saignements de nez quotidiens.
        
Hypersensible aux produits chimiques, Guillaume Bodin est atteint physiquement mais aussi au plus profond de ses convictions: "Comment peut-on obliger de traiter dans des zones où la maladie n'est pas déclarée et que connaît-on de la dangerosité de ces produits, qui n'étaient plus utilisés depuis dix ans ?" "Comme nous tous, Guillaume a très mal vécu cette décision imposée brutalement sans concertation", se souvient Jean-Philippe Bret, son ancien patron, devenu un ami. "Son documentaire a été pour lui le moyen de s'exprimer, d'ouvrir le débat".

« Les insecticides remettent tout en question »

Le jeune homme multiplie les recherches, rencontre experts, micro-biologistes ou encore service régional de l'alimentation. Ce qu'il découvre le choque: "Non seulement les insecticides utilisés sont extrêmement dangereux - 5.000 à 10.000 fois plus puissants que le DDT interdit dans les années 1970 - mais leur usage préventif est inadapté", affirme-t-il.
        
Le sujet n'est pas seulement la lutte contre la flavescence dorée mais également de questionner les pratiques agricoles. "Pour moi, les insecticides remettent tout en question dans l'écosystème, sans parler des risques pour les riverains, les touristes et bien sûr tous les gens qui travaillent dans les vignes."



"Les questions environnementales m'ont toujours intéressé"

Né à Bonneville en Haute-Savoie, Guillaume Bodin a grandi dans l'industrieuse vallée de l'Arve. De son enfance, il garde un amour inconditionnel de la montagne et de la nature. A 14 ans, il s'engage dans des études viticoles: BEP, Bac Pro puis BTS oenologie-viticulture en alternance à Belleville-sur-Saône dans le Rhône. Le sujet de son premier exposé ? Les OGM. "Les questions environnementales m'ont toujours intéressé", analyse le jeune homme aux yeux clairs, casquette à grande visière vissée sur la tête. "Cela vient sans doute de mes parents, on a toujours consommé bio à la maison."

A partir de 2005, il multiplie les expériences professionnelles chez des vignerons bio en France comme à l'étranger. Au fil de son parcours, ses convictions s'affirment. Pour expliquer la biodynamie au plus grand nombre, il se lance dès 2011, sans connaître le monde du cinéma, dans la réalisation d'un premier documentaire.

La vidéo est le meilleur moyen de faire passer un message

"Guillaume avait une idée très claire de ce qu'il voulait. Il s'est acheté une caméra professionnelle, a suivi des tutoriels sur internet et il a réussi à tourner, monter et sortir son film", raconte Jean-Philippe Bret. "La Clef des Terroirs" est salué par la critique et obtient plusieurs prix. C'est à cette époque qu'Hélène Thibon, vigneronne à St Marcel-d'Ardèche, rencontre le jeune réalisateur.

"Nous avons beaucoup aimé son premier documentaire et nous l'avons totalement soutenu pour Insecticide, mon amour, un travail monumental de recherche et de vulgarisation, indispensable pour informer les citoyens", dit-elle aujourd'hui.

Pour Guillaume Bodin, la vidéo est "le meilleur vecteur pour toucher les jeunes générations". "Mon côté militant me porte au quotidien. Les insecticides ne sont pas un sujet que j'aime, j'ai voulu en parler pour que les choses évoluent."

Après le cinéma Devosge à Dijon et le cinéma La Palette, à Tournus, Guillaume Bodin participera à une autre soirée-débat organisée au Cap'Cinéma à Beaune, en Côte-d'Or, vendredi 20 novembre 2015, à 20h.


A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus