Chenôve : Trois personnes mises en examen après l'enlèvement d'un dealer

Trois individus ont été mis en examen ce mercredi 10 juin. Ils sont soupçonnés d'avoir enlevé ou participé à l'enlèvement d'un dealeur la semaine dernière après une transaction de résine de cannabis qui s'était mal déroulée à Chenôve (Côte d'Or). 
© Denis Colle - France Télévisions

Mercredi 10 juin, le procureur de la République de Dijon a annoncé la mise en examen de trois personnes. Le ravisseur présumé risque 30 ans de réclusion criminelle. Retour sur les faits.

Tout commence sur un parking de Chenôve (Côte-d'Or). La semaine dernière au cours d'une transaction de résine de cannabis, un dealer est enlevé par son client. Remonté après avoir été escroqué, ce dernier charge le dealer dans son coffre. Rapidement il demande une rançon à la famille de la victime. Dès lors, des proches de la victime signalent sa disparition.

 

 

Ce mercredi 10 juin, lors d'une conférence de presse, Eric Mathais, procureur de la République développe : " À partir du mouvement où nous avons acquis la certitude qu’il s’agissait d’un véritable enlèvement avec potentiellement un risque important pour la victime, le parquet de Dijon a saisi la direction inter-regionale de la police judiciaire. Elle a ensuite mis un dispositif important tant en nombre d'enquêteurs qu’en terme d’interpellation. "

 

Une interpellation compliquée

Vendredi 5 juin, la police procède à l'interpellation du coupable alors qu'il se prépare récupèrer la rançon.  "L’interpellation a été compliquée car dans la journée du vendredi, l’auteur de l’enlèvement a donné plusieurs points de rendez-vous changeants, soit en Haute-Saône soit dans la Haute-Marne soit en Côte-d’Or, pour indiquer le lieu de la remise de rançon." poursuit le procureur. 

Finalement, après s'être assuré qu'il s'agissait bien du présumé coupable, la police a pû agir mais l'interpellation a été rendue compliqué par la résistance du suspect. À partir du moment où la police judiciaire a eu la conviction que c’était bien l’auteur de l’enlèvement et que, très vraisemblablement, la victime était dans le coffre du véhicule, 'le top interpellation' a été donné. Là l’interpellation a eu lieu mais l’auteur de l’enlèvement qui était au volant de son véhicule n’a pas obtempéré aux injonctions et a délibérément foncé sur un véhicule de police."  

L'un des policiers, blessé lors de l'impact, a dû être hospitalisé. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers drogue