Côte-d'Or : des sifflets pour accueillir Jean-Michel Blanquer et Florence Parly à Chenôve au collège du Chapitre

Des sifflets et des huées ont retenti à l'arrivée du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer et de la ministre des Armées à Chenôve (Côte-d'Or) ce jeudi après-midi. Une trentaine de personnes s'étaient rassemblées devant le collège du Chapitre, où ils ont rencontré des élèves.

Devant le collège du Chapitre à Chenôve, ce jeudi 27 mai 2021.
Devant le collège du Chapitre à Chenôve, ce jeudi 27 mai 2021. © Christophe Tarrisse / France Télévisions

Une trentaine de personnes rassemblées ce jeudi 27 mai devant le collège du Chapitre à Chenôve (Côte-d'Or) ont hué Jean-Michel Blanquer et Florence Parly lors de l'arrivée des deux ministres au sein de l'établissement en milieu d'après-midi. Des sifflets ont également été entendus.

Les personnes massées devant le collège étaient essentiellement des personnels syndiqués de l'Éducation nationale. On pouvait notamment voir flotter les drapeaux de la CGT, du SNES FSU et du SNUIPP FSU. Quelques intermittents du spectacle s'étaient également joints au rassemblement. Les manifestants réclamaient pêle-mêle davantage de moyens pour l'Education, la démission du ministre Jean-Michel Blanquer, ou disaient refuser la présence de l'armée au sein des écoles. Les deux ministres sont restés à distance des manifestants.

Arrivée des ministres à Chenôve

Jean-Michel Blanquer et Florence Parly ont choisi de visiter l'établissement de Chenôve, car il possède une classe défense et sécurité globale (CDSG). Il s'agit d'un dispositif créé conjointement par les deux ministères "qui permet aux élèves d'être accompagnés dans leur éducation citoyenne en suscitant leur ambition, en éveillant leur curiosité, en diversifiant leur enrichissement culturel et personnel, en travaillant sur le respect de soi, le respect des autres, le refus des préjugés et le respect de l'uniforme", comme nous l'expliquait il y a quelques jours le principal du collège, Abdelbasset Louali.

Ce dispositif suppose la mise en place d'une convention entre un collège ou un lycée et une entité du ministère des Armées "pour développer ensemble un projet pédagogique et éducatif. (enseignement de défense, citoyenneté, mémoire ...)" et "se traduit par des temps d’échanges et de rencontres", indiquait en mars dernier le gouvernement sur son site (PDF).

Patrouille de France

C'est d'ailleurs en raison de la présence d'une telle classe au sein de l'établissement que celui-ci a pu être survolé mardi par la Patrouille de France. Suite à un échange en visioconférence le 19 mai dernier entre des élèves de toute la France et les pilotes de la patrouille, dans le cadre du dispositif CDSG, le collège de Chenôve avait été tiré au sort pour voir passer les Alphajets.

En dehors de cette manifestation bruyante à l'arrivée des ministres à Chenôve, le déplacement s'est déroulé dans le calme. Après une visite du lycée militaire d'Autun (Saône-et-Loire) dans la matinée, les deux membres du gouvernement ont terminé leur déplacement en Bourgogne au centre de vaccination installé au Zénith de Dijon.

Le plan Ambition Armées-Jeunesse, présenté en mars dernier, prévoit notamment la montée en puissance du dispositif classe défense et sécurité globale avec leur généralisation dans tous les départements et un doublement du nombre de classes. À Chenôve, le programme concerne une trentaine d'élèves volontaires scolarisés en troisième. Il est également mis en œuvre dans d'autres établissements de l'académie, par exemple à Dijon au collège Carnot ou au collège Tisserand de Nuits-Saint-Georges.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société manifestation économie social