Coronavirus Covid-19 : En Côte d'Or, les salariés d'une entreprise de logistique font valoir leur droit de retrait

A Fauverney, l'entreprise FM Logistic travaille essentiellement pour le groupe américain Unilever / © Google Street View
A Fauverney, l'entreprise FM Logistic travaille essentiellement pour le groupe américain Unilever / © Google Street View

Après les critiques contre Amazon, en Côte d'Or, les salariés de FM Logistic ont exercé ce lundi 6 avril leur droit de retrait. Ils estiment que l'entreprise de logistique a tardé à les informer de la présence d'un cas de coronavirus. Ils demandent la désinfection totale avant la reprise d'activité.

Par Sébastien Letard

Depuis ce lundi 6 avril, une partie des salariés de l'entreprise FM Logistic exerce son droit de retrait. La majeure partie de l'entreprise est à l'arrêt à l'exception d'une partie de l'activité conditionnement. Selon les représentant des personnels, environ trois quarts des salariés auraient cessé leur travail. Dans un courrier, les élus du Comité social d'entreprise s'estiment "exposés à un danger grave et imminent".

La raison de la grogne avancée par les salariés : la lenteur de la réaction de la direction de l'entreprise après l'annonce d'un cas de Covid-19 dans l'entreprise. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un salarié de l'équipe de nuit fait un malaise. Selon un représentant syndical, il informe vendredi matin les ressources humaines qu'il a été diagnostiqué positif au coronavirus. Pourtant, ce n'est que dimanche soir que les salariés recoivent un mail les informants de la situation. Entre temps, vendredi et samedi, l'activité s'est poursuivie normalement.

Pour les représentants des salariés qui ont saisi l'inspection du travail, il y a un "manquement d'information" de la part de la direction de l'entreprise qui a préféré maintenir les cadences de production. "Il faut pas arrêter ! C'est travail, travail, travail !" regrette un représentant syndical. 
Dans leur courrier, les représentants du personnel dénonce aussi l'absence de masques pour les salariés. "Aucun membre [de l'équipe] n‘était équipé de protections par manque de matériel."

Depuis, deux cas suspects de salariés auraient été mis en quarataine.

Une désinfection insuffisante

Dans le mail reçu dimanche soir, la direction annonce aux salariés que les locaux ont été désinfectés dimanche 6 avril. Le lendemain matin, les salariés retrouvent leur lieu de travail. "On a constaté que tout ce qui avat été annoncé sur les mail n'avait pas été fait" explique un salarié. "On demande une désinfection totale de l'entrepot".

Selon nos informations, la direction a fait intervenir une nouvelle entreprise de désinfection ce lundi. Elle doit travailler sur place durant 2 jours. "Ce que l'on demande, c'est l'arrêt de l'activité pendant la désinfection des locaux, ce qui nous semble plus logique" détaille un représentant des personnels. 

Ce lundi, l'activité est restée à l'arrêt. Une première réunion a eu lieu avec les salariés en début d'après-midi. Une nouvelle est attendue dans la soirée. 

« Nous entendons l’inquiétude d’une partie des salariés. Nous faisons tout notre possible pour minimiser les risques ».


Le site FM Logistic de Fauverney compte 250 salariés et travaille essentiellement pour le groupe américain Unilever qui fourni des produits alimentaires et des produits d'hygiène. 

Contactée, la direction de l’entreprise se dit « consciente » et « reconnaissante » de l’implication des salariés qui permettre à l’établissement de maintenir son activité. « Nous entendons l’inquiétude d’une partie des salariés. Nous faisons tout notre possible pour minimiser les risques ».
 

Une livraison de masques

La directon affirme que toutes les procédures sanitaires ont été respectées sur le site depuis plusieurs semaines.  Elle évoque notamment, la communication sur les gestes barrières et la prise de température des salariés. Le travail a été réorganisé au sein de l’entreprot explique l’entreprise sans pouvoir dire si le nombre personnels présents sur place a pu être réduit.

Dimanche, les locaux ont été désinfectés et une nouvelle désinfection doit avoir lieu d’ici mardi. Par ailleurs, des masques en tissu ont été livrés vendredi. Ils sont en cours de distribution aux salariés depuis ce lundi.
 

Le secteur de la logistique et Amazon sous les critiques

Ces derniers jours, la situation dans le secteur de la logistique a fait l’objet de nombreuses critiques, y compris au plus haut niveau. Le groupe Amazon (qui dispose d’un site à Sevrey en Saône-et-Loire) a ainsi fait l’objet d’une mise en demeure d’améliorer la sécurité de ses salariés sur 4 de ses sites en France. L’absence de respect des consignes de sécurité, le trop grand nombre de salariés présents  étaient pointés du doigt.

Dimanche 5 avril, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud avait haussé le ton face au géant américain du commerce en ligne. "C'est inadmissible. Nous leur avons donné trois jours maximum pour se mettre en conformité. Protéger ses salariés, ce n'est pas négociable."
 


Ce lundi 6 avril, la direction française du groupe Amazon fait savoir de son coté que des distributions quotidiennes de masques ont lieu sur le site de Saône-et-Loire comme dans ses autres implantations françaises. Des prises de température sont également prévues de même que « la présence d’agents de sécurité volontaires » pour accompagner les salariés « dans l’adoption de ces mesures » d’hygiène.
 

FM Logistic c'est quoi

Sur le même sujet

Les + Lus