Affaire Jonathan Vantillard : 2 personnes comparaissaient pour non-assistance à personne en danger

Ce jeudi 12 octobre 2017, un couple comparaissait devant le tribunal correctionnel de Dijon pour "non-assistance à personne en danger". Ils habitaient dans le même immeuble que Jonathan Vantillard à Auxonne. Le 14 avril 2007, ce dernier avait été retrouvé agonisant au pied de son logement.

Par Maryline Barate

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2007, Jonathan Vantillard agonise dans l'arrière-cour de son immeuble d'Auxonne, en Côte-d'Or. Il gît au pied de l'escalier qui permet d'accéder aux appartements dans les étages. Il a été tabassé à mort. Il décédera six jours plus tard à l'hôpital des coups reçus sans que, pour l'heure dix ans après les faits, la justice n'ait pu identifier son ou ses agresseurs.


Jonathan était en train d'agoniser

Le tribunal correctionnel de Dijon jugeait, aujourd'hui, un couple de trentenaires pour "non-assistance à personne en danger". Ces deux personnes étaient les voisins de Jonathan. Ils habitaient au premier étage de l'immeuble. Le procureur de la République a requis des peines allant d'un à deux ans de prison avec sursis à leur encontre.

Cette funeste nuit, le voisin est rentré aux alentours de 4 heures du matin à son domicile en affirmant, dans un premier temps, n'avoir rien remarqué puis reconnaissant qu'il a enjambé le corps de Jonathan. Il était, selon lui, en train de dormir à même le sol comme cela peut arriver quand on a trop bu. Sa compagne, quant à elle, a déclaré aux enquêteurs qu'elle avait voulu prévenir les secours mais que son petit ami l'en avait empêché.

Un jugement mis en délibéré

Le parquet a requis deux ans de prison avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve et de l'obligation d'indemniser la partie civile à l'encontre du voisin. Quant à la voisine, un peine d'un an de prison avec sursis a été demandée. Le jugement a été délibéré au 23 octobre 2017.  

Comment ne pas remarquer que le jeune homme de 18 ans était si mal en point ? Cela lui aurait-il sauvé la vie ? Jonathan n'a été retrouvé qu'au petit matin par un livreur. Ce sont les questions qui hantent Florbela Dos Santos, la mère de Jonathan, ainsi que ses avocats, Me Seban et Me Herrmann. Depuis de nombreuses années, ils se battent pour que la justice ne referme pas le dossier en concluant à un non-lieu.


Les réactions des avocats avant l'audience:

Me Camille Rigal, avocate de la mère de Jonathan Vantillard
Me Emmanuel Touraill, avocat de Loïc Nicolas
Non-assistance à Jonathan Vantillard : les réactions des avocats

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Personnels hospitaliers en maisons de retraite : la réalité du métier à l'EHPAD de Beaucourt

Près de chez vous

Les + Lus