BA 102 et Cité de la gastronomie : un cadeau de six millions pour le rayonnement de Dijon

François Rebsamen, maire de Dijon et président du Grand Dijon, a accueilli le Premier ministre Manuel Valls vendredi 13 novembre 2015. / © Ludovic Charron - ville de Dijon
François Rebsamen, maire de Dijon et président du Grand Dijon, a accueilli le Premier ministre Manuel Valls vendredi 13 novembre 2015. / © Ludovic Charron - ville de Dijon

Le Premier ministre Manuel Valls, qui était en déplacement à Dijon vendredi 13 novembre 2015, a présenté le contrat de revitalisation de la base aérienne 102. L’État s’engage à verser 6 millions d’euros pour compenser la disparition de la BA 102 et soutenir l’économie locale.

Par B.L.

Que prévoit le contrat de revitalisation de la BA 102 ?

Dans le cadre de la restructuration des armées, le ministère de la Défense a décidé de dissoudre la base aérienne 102 de Dijon-Longvic, qui était la plus ancienne de France. En compensation, une aide de 6 millions d’euros est promise. L’argent sera investi dans :
François Rebsamen, Manuel Valls et François Patriat lors de la signature du contrat de revitalisation du site de défense (CRSD) de Dijon le 13 novembre 2015. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
François Rebsamen, Manuel Valls et François Patriat lors de la signature du contrat de revitalisation du site de défense (CRSD) de Dijon le 13 novembre 2015. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP


Quel est le projet de reconversion de la base aérienne 102 ?

Les quelque 490 hectares du site accueilleront une école de gendarmerie qui ouvrira mi-2016. L’établissement recevra, à terme, 180 cadres et 720 élèves gendarmes qui seront logés et nourris sur le site.

Par ailleurs, l’aéroport Dijon-Bourgogne devrait connaître un développement important grâce à l’essor de l’aviation d’affaires et du transport sanitaire.
Ces deux créneaux sont en forte hausse avec 6 000 mouvements depuis un an.



Pourquoi l’avenir de l’aéroport Dijon-Bourgogne et celui de la cité de la gastronomie sont-ils liés ?

“L’aéroport, qui viendra compléter les liaisons routières et ferroviaires, deviendra très vite incontournable, car la cité de la gastronomie ouvrira ses portes dès 2018”, a déclaré Manuel Valls.

Avec l’inscription des Climats du vignoble de Bourgogne au patrimoine de l’humanité, Dijon et son secteur sauvegardé prévoient d'accueillir près de 400 000 personnes par an dans la future cité internationale de la gastronomie et du vin.
La nouvelle structure, implantée sur le site de l'ancien hôpital général, s’étendra sur 20 000 m². On y trouvera :
  • un lieu de formation professionnelle, d'innovation et de recherche autour du goût
  • un lieu de commerce, de restauration, d'hôtellerie, de vinothèque. Sa salle des banquets permettra d'accueillir 700 convives et sa place des fêtes s'étendra sur 2 000 m².
"On ne peut s’imaginer meilleure manière de faire vivre la gastronomie, ce patrimoine immatériel si profondément français, qui est ancré au cœur de nos cultures et de nos traditions, qui rayonne dans le monde et qui est un atout extraordinaire sur le plan économique. Ce projet (en tout 200 millions d’investissement) réussira parce qu’il se fonde sur les atouts, les savoir-faire, sur l’identité même de Dijon et de la Bourgogne", a assuré Manuel Valls.

1,4 million d'euros pour redynamiser la base aérienne de Longvic
Manuel Valls a signé le contrat de redynamisation du site de défense de la base aérienne 102 Dijon-Longvic. Le Premier ministre a réaffirmé le projet d'installation d'une école de la gendarmerie qui accueillera, à terme, 720 élèves sur le site de la base de Dijon-Longvic. Intervenants : François Rebsamen, maire de Dijon (PS) José Almeida, président du Syndicat Mixte de l'aéroport Dijon-Bourgogne, maire de Longvic (PS) Manuel Valls, Premier ministre  - Reportage : Fanny Borius et Damien Rabeisen / Son : Pascal Di Betta / Montage : Philippe Sabatier

Reportage : Fanny Borius et Damien Rabeisen / Son : Pascal Di Betta / Montage : Philippe Sabatier / Intervenants :

  • François Rebsamen, maire de Dijon (PS)
  • José Almeida, président du Syndicat Mixte de l'aéroport Dijon-Bourgogne, maire de Longvic (PS)
  • Manuel Valls, Premier ministre

Qui a signé le contrat de revitalisation du site de défense (CRSD) de Dijon ?

Le contrat de revitalisation du site de défense (CRSD) de Dijon a été signé par :

  • Éric Delzant, préfet de la région Bourgogne, préfet de la Côte-d’Or
  • François Rebsamen, maire de Dijon et président du Grand Dijon
  • François Patriat, sénateur et président du conseil régional de Bourgogne
  • José Almeida, maire de Longvic et président du syndicat mixte de l’aéroport Dijon-Bourgogne
  • les maires de Bretenière, Neuilly-lès-Dijon, Ouges et Sennecey-lès-Dijon.

A lire aussi

Sur le même sujet

Saône-et-Loire : Autun candidate pour les Jeux olympiques 2032

Près de chez vous

Les + Lus