Bourgogne : l’association Welfarm fait campagne pour chasser le foie gras des tables de fête

L’association Welfarm, qui milite pour le bien-être des animaux, a lancé une campagne d’affichage à Dijon pour dissuader les consommateurs d’acheter du foie gras
L’association Welfarm, qui milite pour le bien-être des animaux, a lancé une campagne d’affichage à Dijon pour dissuader les consommateurs d’acheter du foie gras

L’association Welfarm milite pour le bien-être des animaux. Elle a lancé une campagne d’affichage à Dijon pour dissuader les consommateurs d’acheter du foie gras, qui est produit en gavant les canards.
 

Par B.L.

L’association Welfarm milite pour le bien-être des animaux à  toutes les étapes de leur vie (élevage, transport, abattage).
Elle a lancé une campagne d'affichage dans plusieurs villes de France du 19 au 25 décembre 2018. "Pendant les fêtes, il y a ceux qui se gavent … et ceux qui dégustent", indiquent les affiches qu’on l’on trouve notamment à Dijon.

"35 millions de canards sont gavés chaque année pour produire du foie gras", peut-on lire. Les affiches de Welfarm précisent aussi que "le gavage sans souffrance n’existe pas".

"Gaver un canard nécessite de lui enfoncer deux fois par jour un tube de 30 centimètres dans l’œsophage, afin de déverser dans son jabot 450 grammes de nourriture en l’espace de trois secondes. L’acte est si violent que l’animal halète, régurgite, suffoque", explique l’association Welfarm.

 
Le reportage de Sébastien Kerroux, Yoann Etienne et Philippe Sabatier avec :
-des consommateurs
-Lorène Jacquet, Association Welfarm (par téléphone)
-Jérôme Rabuat, producteur de foie gras



Des alternatives au gavage existent, affirme Welfarm qui rappelle que des recherches sont en cours, notamment celles du groupe de recherche Aviwell créé par des chercheurs toulousains. "Donc, potentiellement la loi pourrait évoluer. On pourrait trouver des façons de produire différemment et d'arrêter le gavage", déclare à France 3 Bourgogne Lorène Jacquet, membre de l’association Welfarm.

En attendant, Jérôme Rabuat, qui est producteur de foie gras dans l’Yonne, indique que cette campagne anti foie gras n'a aucune répercussion sur son chiffre d'affaire. "Mais, si on pouvait faire la même chose sans gavage, je serais tout de suite preneur", dit-il.
 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus