• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Bourgogne : le projet de carte des spécialités dans les lycées sera discuté le 9 janvier

Le projet de carte des enseignements de spécialité dans les lycées bourguignons devait être discuté jeudi 20 décembre au rectorat à Dijon, lors d'un comité technique académique. Il n'a pas pu se tenir, deux syndicats ayant boycotté la réunion.

Par C.R.

► Initialement prévue pour janvier, la publication de la carte des spécialités a été avancée par le ministère de l'Education. Pour les lycées bourguignons, le projet de carte devait être présenté jeudi 20 décembre au CTA à Dijon. Deux syndicats, FO et FSU, ayant boycotté ce comité technique académique, une autre réunion aura lieu le 9 janvier.

Dans un communiqué, le SGEN CFDT et l'UNSA-Education regrettent "cette politique de la chaise vide. A l'issue des débats, un vote contre unanime (de l'ensemble des organisations syndicales) aurait provoqué une nouvelle convocation du CTA dans les mêmes conditions que ce boycott.

► Comme les autres centrales, SGEN CFDT et UNSA Education dénoncent néanmoins "la précipitation et la manière" avec lesquelles la réforme se met en place.

Leurs arguments font écho à ceux des lycéens : "accroissement de la concurrence entre établissements, absence de concertation des équipes enseignantes, fragilisation des établissements ruraux, insuffisance des moyens pour accompagner cette réforme, suppressions de postes."

Voici le PROJET de carte des enseignements de spécialité dans les lycées généraux et technologiques de Bourgogne pour la rentrée 2019, à retrouver ci-dessous (en date du 11 décembre, non définitif) :
 
• Le "nouveau" lycée comportera sept spécialités de base : mathématiques, physique-chimie, SVT, langue vivante, français-philosophie, histoire-géo, sciences économiques et sociales, qui doivent être présentes dans tous les établissements.

Quatre autres spécialités : sciences de l'ingénieur, numérique et sciences informatiques, arts, langues et culture de l'Antiquité, seront réparties par bassin géographique. 

Selon le ministère, l'ambition est de donner "plus de liberté, plus de choix et plus d'accompagnement". Les élèves de seconde devront commencer à émettre des voeux d'orientation en janvier.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Démission de Michel Rotger

Les + Lus