Bourgogne : Une centaine de chercheurs font 8 propositions écologiques pour verdir les restaurants universitaires

Une centaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et personnels de l'université de Bourgogne Franche-Comté propose des mesures écologiques au CROUS de Bourgogne Franche Comté. Ils souhaitent une évolution des restaurants universitaires. Notamment une offre de repas végétariens.

Le campus de Dijon de l'université de Bourgogne.
Le campus de Dijon de l'université de Bourgogne.
"L'alimentation carnée a une incidence sur le réchauffement climatique et la biodiversité". C'est ce que rappellent les signataires du document qui comporte huit propositions qui, si elles étaient mises en oeuvre, pourraient réduire l'impact écologique des restaurants universitaires (RU) de Bourgogne Franche-Comté.

Voici ces huit propositions :
L'objectif des ces propositions dépasse l'idée de satisfaire les végétariens ou végétaliens. Il s'agit, disent les signataires, de " rendre visible et attractive l'alimenation végétale, pour qu'une part croissante des usagers des restaurants universitaires l'incluent régulièrement dans leurs habitudes alimentaires".

Dans son communiqué, le collectif d'universitaires explique qu'à titre individuel, le plus fort potentiel de baisse des émissions carbone réside dans un changement de régime alimentaire au profit d'un régime végétarien.
 

La consommation de 100 grammes de boeuf représente en moyenne une émission carbone, 50 fois supérieure à 100 grammes de légumes, fruits, céréales ou légumineuses.


"Mettre à disposition des étudiants et des personnels une offre végétale appétisssante, permettrait de valoriser l'engagement du CROUS dans l'effort de transition écologique", disent les signataires du communiqué, ajoutant que le public majoritairement jeune qui serait ainsi touché quotidiennement pourrait impulser une dynamique de changement par l'exemple. 

La liste des 123 signataires est disponible ici.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société écologie environnement réchauffement climatique alimentation