• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

C'est leur truc : l'amour des vieilles motos de l'assocation L'Arbracam

Les Terrot étaient fabriquées à Dijon, une marque de réputation nationale, qui équipera la Gendarmerie / © FTV
Les Terrot étaient fabriquées à Dijon, une marque de réputation nationale, qui équipera la Gendarmerie / © FTV

C'est un morceau du patrimoine dijonnais fait d'acier, de chrome et d'un peu de cuir. La moto Terrot, née à Dijon, n'a jamais été fabriquée ailleurs. Elle fut l'une des plus puissantes des années 30. Des passionnés de l'assocation L'Arbracam préservent les plus belles pièces de cet engin robuste. 

Par F.L.

Du tricot... à la moto !
L'entreprise Terrot a été fondée en 1887 par Charles Terrot à Dijon. C'était une filiale à l'origine de la société allemande (toujours en activité), co-fondée à Cannstatt en Allemagne en 1862 avec Wilhelm Stücklen, spécialisée dans les métiers à tricoter.
D'abord des métiers à tricoter, puis l'entreprise a construit des bicyclettes, des landaus, des voiturettes, pour se spécialiser dans les motos.
L'entreprise Terrot a été le plus gros constructeur historique français de deux-roues motorisés de moyenne et grosse cylindrée (600 000 exemplaires vendus).
Entre 20 000 Terrot et Magnat-Debon existent toujours, et font la joie de leurs propriétaires lors de sorties motos anciennes.
La construction des motos Terrot a Dijon a commencé en 1903.
La marque Magnat-Debon a été rachetée en 1922, et la production de modèles sous les deux noms jusqu'à la fin, avec deux réseaux commerciaux faussement concurrents.
Dans les années 30, il en sortait 20 000 des ateliers tous les ans.
Les modèles allaient notamment équiper police et gendarmerie.
La fabrication de motos et de scooters à Dijon s'est poursuivie jusqu'en 1959, puis le transfert de l'activité s'est effectué chez Automoto à Saint-Étienne.
L'arrêt définitif de la fabrication de motocyclettes et vélomoteurs s'est effectué en 1962.

L'abracam à Dijon
L'assocation l'Arbracam à Dijon rassemble les amoureux de la dijonnaise. Entre sorties et rassemblements, les passionnés sont aussi de fins mécaniciens, à la recherche de pièces de rechange pour continuer à faire fonctionner les vieilles machines.

Le reportage d'Emmanuel Pinsonneaux et Isabelle Rivierre
Intervenants :

  • Jean-Louis DESCHAUMES, Président fondateur ARBRACAM
  • Arnaud FARIZON, Vice-Président ARBRACAM
  • Gérard HERISSON, Secrétaire ARBRACAM
C'est leur truc : l'amour des vieilles motos
Des passionnés à Dijon prolongent l'histoire du constructeur historique de motos Terrot

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus