Coronavirus Covid-19 : quelles sont les conséquences sur les déplacements et les voyagistes ?

L'épidémie de Coronavirus touche désormais 119 personnes dans la région BFC (au 9 mars, 16h30). L'économie des transports et du tourisme commence à se fragiliser devant le nombre d'annulations. La SNCF propose la gratuité d'annulation à tous les voyageurs jusqu'au 30 avril.
Les consignes d'hygiène sont affichées dans les gares SNCF
Les consignes d'hygiène sont affichées dans les gares SNCF © FTV
La SNCF apporte de la souplesse
La SNCF propose ce lundi 9 mars aux voyageurs qui souhaitent annuler ou reporter leur voyage de pouvoir le faire sans frais, jusqu'au 30 avril.
C'est une mesure plutôt bien accueillie par les voyageurs qui préfèrent reporter leur voyage.
La SNCF entend ainsi s'adapter "à cette période difficile liée à la propagation du Covid-19, qui génère un sentiment d'incertitude dans les projets de déplacement des Français et des touristes étrangers" et "permettre à chacun de préparer sereinement ses déplacements, avec l'assurance de pouvoir reporter ou d'annuler leurs voyages sans frais".
Tous les trains TGV et Incercités font l'objet d'un "nettoyage quotidien renforcé et minutieux depuis plusieurs jours déjà, afin d'éliminer au maximum les risques de contamination", rappelle-t-elle par ailleurs.

Agents de voyage inquiets
Les annulations commencent à devenir plus fréquentes, et se pose le cas des voyages scolaires. 
Si la destination est une zone où les activités demeurent possibles (visites de musées etc...) et n'est pas une zone à risque, dans le cas où les voyageurs refusent de s'y rendre en annulant leur voyage, selon Philippe Enggasseur, PDG de JIP Tours, "dans le cadre du contrat, les gens qui ont souscrit une assurance annulation, ça ne va pas marcher". 
Les agences doivent s'adapter face aux recommandations qui pourraient apparaître dans les jours à venir.

Le reportage de Guillaume Desmalles et Rodolphe Augier
Intervenants : 
Coronavirus Covid-19 : comment l'épidémie a-t-elle une influence sur les voyages ?
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société transports en commun économie transports