Dijon : 4 ans après son accident, il lance une cagnotte pour participer au championnat de France de moto handisport

Publié le Mis à jour le

Paraplégique depuis quatre ans, Daniel n'a jamais lâché son amour de la moto. Ce Dijonnais souhaite participer aux prochains championnats de France de moto handisport. Pour cela, il a lancé une cagnotte en ligne. Objectif : trouver 10 000 euros pour réaliser un rêve.

"Dans l'ambulance qui m'emmenait à l'hôpital je ne pensais qu'à ça. Le jour où je pourrai reprendre la moto". Ces quelques mots suffisent à définir la passion viscérale pour la moto, que ressent Daniel. Depuis le 8 mai 2017, Daniel De Sousa Do Rego (28 ans) est paraplégique au niveau T5, des suites d'un accident de moto.Les séquelles sont très importantes, il a perdu l'usage de ses jambes et n'a plus aucune sensation jusqu'aux abdominaux.

Aujourd'hui, plus de quatre ans après son accident, il souhaite écrire une nouvelle page de sa vie. "Des amis m'ont dit qu'il existait des courses de moto pour personnes en situation de handicap. Cela existe depuis cinq ans, détaille Daniel. Je n'avais jamais fait de compétition avant mon accident mais là je vais tout faire pour y participer."

Objectif championnat de France

En avril prochain débutera le championnat de France de moto pour personnes handicapées. Ce championnat se déroule en plusieurs étapes déclinées dans différentes villes. Daniel entend bien y participer.

S'il ne connaitra le calendrier qu'au mois de décembre, il sait déjà que le budget sera important, environ 10 000 euros. Pour financer sa participation, le motard a lancé une cagnotte en ligne. L'argent collecté permettra de couvrir les frais de déplacements, d'entretien de la moto, d'entrainements, etc.

Par le passé, le Dijonnais a déjà pris part à des compétitions pour personnes en situation de handicap. En septembre 2020, il participe à sa première course. Un grand moment pour lui qui, de son propre aveu ne s'attendait pas "à ce que le niveau soit si elevé". Puis en août 2021, il prend part à une course, internationale cette fois, en Italie "une sacré expérience là encore".

"J'étais content d'être en vie, mais je voulais reprendre la moto"

Une "sacré expérience" que Daniel aurait pu ne jamais connaître, tant les séquelles physiques de son accident étaient importantes. Seule sa détermination à retoucher un guidon l'a aidé. "Quand j'étais en rééducation, c'était mon but ultime, ma source de motivation quotidienne, se souvient Daniel. J'étais content d'être en vie, mais je voulais reprendre la moto".

C'est finalement au bout de deux ans de rééducation qu'il se remet en selle, accompagné par ses amis.

"Je me souviens très bien de ma première sortie à moto, je n'attendais que ça depuis deux ans, se remémore Daniel. Avec mes amis on s'était renseigné sur la manière d'aménager la moto pour que je puisse la piloter malgré mon handicap. On a installé des cale-pieds similaire à ceux des VTT et des scratchs pour maintenir mes cuisses. C'est plus compliqué, c'est un autre style de pilotage qui demande beaucoup d'efforts physiques. J'ai de la chance d'être bien entouré, mes amis motards sont à fond."

Aujourd'hui, Daniel doit systématiquement être accompagné de deux personnes pour grimper sur sa moto. Une contrainte qui réduit son nombre d'entrainement sur les circuits de l'Auxois à Pouilly-en-Auxois et à Dijon-Presnois avec qui il a noué des partenariats.

"J'ai beaucoup de chance d'être très suivi et aidé par ma famille, mes amis et des partenaires" poursuit Daniel. S'il dit beaucoup recevoir de la part de ses proches et des ses partenaires, Daniel entend bien rendre la pareille à son tour. En décembre 2019, il a crée une association "DSR Team" dans le but d'accompagner des personnes en situation de handicap. 

"Pour l'instant on fait des évènements pour collecter de l'argent mais mon but c'est d'accompagner des jeunes handicapés qui souhaitent faire de la moto. Ce serait le but ultime! " conclut-il dans un sourire.