Cet article date de plus de 6 ans

Dijon : les agriculteurs poursuivent leurs actions coup de poing

Les agriculteurs ne désarment pas. Ils ont bloqué le péage de Perrigny au sud de Dijon et une trentaine d'entre eux ont également fait une opération escargot sur la Rocade ce samedi 25 juillet. Ils se sont ensuite attaqués à des supermarchés pour vérifier l'origine de la viande.
Péages gratuits et opérations escargot sur autoroute, vérification de la provenance des viandes dans de nombreux supermarchés, les éleveurs sont restés mobilisés samedi dans plusieurs régions de France, comme dans l'agglomération dijonnaise.

Après une série de réunions d'urgence et d'accords cette semaine pour relever le prix du boeuf, du porc et du lait, les éleveurs disent vouloir vérifier que
les promesses seront tenues ou jugent les résultats insuffisants. Les enseignes bon marché Leader Price et LIDL ont été en plusieurs endroits dénoncées pour l'origine de leurs viandes.

Voir le reportage de Sylvain Bouillot et Julie Dubois :
durée de la vidéo: 02 min 04
Dijon : actions coup de poing des agriculteurs


Déroulé de la journée


Une trentaine d'agriculteurs sont rassembles ce samedi 25 juillet vers Messigny en Côte-d'Or pour une opération escargot sur la rocade en direction du sud de Dijon. C'est une opération organisée par les jeunes agriculteurs. Ils avaient un temps imaginé s'inviter à la Toison d'Or, ils ont finalement changé leur plan.



Ils devaient rejoindre (si la police leur permet) un autre rassemblement. Car d'autres agriculteurs se trouvent actuellement au péage de Perrigny au sud de l'agglomération dijonnaise pour faire une opération péage gratuit.

Après avoir levé le barrage au péage, les agriculteurs se sont rendus dans plusieurs supermarchés de la côte dijonnaise. A Chenôve, le contrôle de la viande a révélé de nombreuses pièces étrangères. Ils ont alors répandu du foin et du fumier. Même opération chez le grossiste Métro en ce début d'après-midi.
 

 

Qu'en pense la Confédération paysanne ?


Sylvain Rateau, porte-parole dans la Nièvre, nous confie que "cette crise agricole est une crise structurelle et pas conjoncturelle. Les annonces de cette semaine sont un effort, une réponse immédiate sans s'interroger néanmoins sur l'avenir. Il faut repenser l'agriculture complètement. On ne désavoue pas les actions de la FDSEA mais il faut réflechir sur le long terme."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie agro-alimentaire