Dijon : après la disparition de Robert Poujade, François Rebsamen propose de rebaptiser l’auditorium à son nom

Une semaine après l'annonce de la mort de l'ancien maire de Dijon Robert Poujade, son successeur, François Rebsamen a annoncé ce mardi 21 avril sa volonté de rebaptiser l’auditorium de Dijon du nom de l’élu qui l’a fait sortir de terre.

Robert Poujade, maire de Dijon de 1971 à 2001
Robert Poujade, maire de Dijon de 1971 à 2001
Ce mardi 21 avril, dans une allocution diffusée sur les réseaux sociaux, le maire de Dijon François Rebsamen a annoncé son intention de rendre un hommage à l’ancien maire de la commune, Robert Poujade disparu le 14 avril. Un « homme qui a compté pour Dijon » selon son successeur qui cite salue son héritage. « Nous lui devons, entre autres, le centre commercial de la Toison d’Or, le palais des sports, et bien sûr l’auditorium. »
 

"Une proposition à la hauteur de l’homme que nous avons connu et de l’émotion suscitée par sa disparition toute récente."


Et c’est justement l’Auditorium, lieu emblématique voulu par Robert Poujade que François Rebsamen propose de baptiser du nom de son fondateur. Un hommage lui sera rendu une fois le confinement terminé promet le maire de Dijon. « Mais sans attendre, auprès de vous, j’en prends l’engagement, Robert Poujade aura sa place dans notre ville et c’est la raison pour laquelle je proposerai au prochain Conseil municipal de dénommer l’auditorium de Dijon, « auditorium Robert Poujade ». Ce fut sa dernière grande réalisation. Cet auditorium, l’un des plus beaux la France, possède une qualité acoustique parmi les meilleures en Europe, qui en fait un équipement recherché par les plus grandes productions nationales et européennes (…) C’est ma proposition. Elle me semble à la hauteur de l’homme que nous avons connu et de l’émotion suscitée par sa disparition toute récente »
 


L'adversaire puis le successeur


François Rebsamen (PS) a succédé à Robert Poujade (RPR) en 2001 après 30 ans de mandature à la tête de la capitale des Ducs de Bourgogne. Robert Poujade ne s'était pas représenté et le maire actuel l'avait emporté face à une liste de rassemblement de la droite et du centre conduite par Jean-François Bazin, qui est lui aussi décédé le 17 avril 2020. 

"J’ai été l’adversaire politique de Robert Poujade. Nos relations étaient devenues très cordiales, fondées sur l'estime et le respect mutuel. Il était cultivé, pudique, et il détestait la démagogie" ajoute François Rebsamen.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
françois rebsamen politique culture disparition
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter