Dijon : décembre sera un « super mois » pour les libraires

Les libraires dijonnais ont le sourire ! Rouverts depuis le 28 novembre, leurs commerces voient les clients affluer. Les queues s'allongent sur les trottoirs à l'approche de Noël.

La librairie Grangier à Dijon ne désemplit pas à l'approche de Noël.
La librairie Grangier à Dijon ne désemplit pas à l'approche de Noël. © M. Barate/ France 3 Bourgogne

D'année en année, c'est le cadeau de Noël le plus offert par les Français. Le livre a ses adeptes et, rouvertes depuis le 28 novembre, les librairies dijonnaises peuvent répondre à cette demande. 

 

« Je suis étonné tous les jours de l'engouement pour le livre et la littérature. »

Christophe Fressy, libraire

« C’est traditionnellement un super mois pour nous. Et c’est encore le cas cette année. D'ici Noël, nous verrons passer 12.000 clients », confirme Olivier Lévy, le directeur de la librairie Gibert Joseph de Dijon. Affluence importante également à la librairie Grangier qui enregistre en moyenne 1.500 passages en caisse quotidiennement. « Je suis étonné tous les jours de l'engouement pour le livre et la littérature », se réjouit Christophe Fressy, le responsable des lieux.

Déjà soutenus par le click and collect, les libraires semblent pouvoir compter sur le retour de leurs clients en chair en os. Ils auraient même peut-être séduit des nouveaux aficionados. « En magasin, on croise des nouveaux visages, des personnes qui nous disent nous avoir découverts sur les réseaux sociaux pendant le confinement », observe Clémence Roquefort, co-gérante de la librairie "La Fleur qui pousse à l'intérieur".

A la Fleur qui pousse à l'intérieur, la queue s'allonge sur le trottoir pour récupérer les commandes mais aussi parfois pour rentrer à l'intérieur de la librairie.
A la Fleur qui pousse à l'intérieur, la queue s'allonge sur le trottoir pour récupérer les commandes mais aussi parfois pour rentrer à l'intérieur de la librairie. © M. Barate/ France 3 Bourgogne

De là à en conclure que le confinement et la fermeture des lieux culture ont créé une appétence pour la lecture ? La jeune femme veut y croire : « certains clients nous disent être fatigués des séries TV et des écrans et qu'ils préfèrent bouquiner le soir ». Cette libraire a dû embaucher une vendeuse pour la quinzaine précédant Noël. Elle prévoit des ventes supérieures à l'an dernier. Les fêtes de fin d'années représentaient déjà un tiers de son chiffre d'affaires annuel en 2019.

A la librairie Gibert Joseph, Olivier Lévy tempère un peu : « je ne suis pas sûr que la fermeture des théâtres, des cinémas ou des salles de spectacles fasse grimper en flèche nos ventes. Je constate plutôt une stabilité du livre cadeau,même si les clients sont très contents de nous retrouver, et que nous sommes ravis de pouvoir les conseiller à nouveau. »

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture