Dijon : déploiement de policiers après les violences de ces derniers jours à la Fontaine-d'Ouche et au centre-ville

Les autorités voulaient faire une démonstration de force, hier soir à Dijon, quelques jours après une fusillade dans le quartier de la Fontaine-d'Ouche et l'incendie d'un restaurant du centre-ville déclenché par une attaque à la voiture-bélier.

Les uns ont patrouillé, les autres sont allés à la rencontre des habitants. En plus des policiers en poste la nuit dernière, 70 CRS ont été déployés dans les quartiers de la Fontaine-d'Ouche, des Grésilles et au centre-ville de Dijon ainsi que dans la commune de Chenôve. 

Le préfet et des élus leur ont emboîté le pas à la Fontaine-d'Ouche. Ils ont échangé avec des habitants. Certains sont excédés par les violences de ces derniers jours, d'autres affichent de la résignation. Ils évoquent des incidents récurrents plus ou moins graves : tapage nocturne, incendies de poubelles ou de voitures.

« On est habitués »

Une habitante

Il y a quatre nuits, c'est une éruption soudaine de violence beaucoup plus inquiétante qui a réveillé les habitants. Des coups de feu ont été tirés sur un commerce et sur des voitures dans le quartier. Une rafale de kalachnikov qui a fait un blessé léger. « On est habitués », balaye d'une main une occupante de l'immeuble où on voit encore les impacts de balles quand le préfet l'interroge.

« Si j'avais pu prolonger ce propos avec cette dame, j'aurais pu lui dire qu'on ne lâchera rien. On ira jusqu'au bout. Car il est anormal qu'un petit groupe de personne se croit autorisé à pourri la vie de ses concitoyens », affirme Fabien Sudry, le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Des habitants apparemment sceptiques

« C'est rare qu'on voit la police traîner ici le soir. Avant, il y avait un poste de police ici », semble contredire Azzedine, un habitant. En bas des immeulbes, les jeunes observent ce défilé de policiers. « Notre seul combat n'est pas avec les gens qui nous tirent dessus mais avec ceux qui dénigrent le quartier », témoigne l'un d'entre eux.

Aucune interpellation n'a eu lieu dans le cadre de cette vaste opération de police. En temps normal, Dijon compte 58 policiers qui assurent la sécurité publique. Ils auront l'appui des quatre brigades de CRS cette nuit encore, à la Fontaine-d'Ouche mais aussi dans d'autres quartiers comme le centre-ville de Dijon. Dans la nuit du lundi à mardi dernier, une voiture y fonçait dans un restaurant  provoquant un important incendie.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société