Dijon : Estelle témoigne après avoir interpellé Emmanuel Macron sur l'autisme

Estelle Ferrandes a marqué les esprits le 7 février 2019. Emmanuel Macron se déplace à Etang-sur-Arroux, en Saône-et-Loire, dans le cadre du grand débat national. La jeune femme l'interrompt alors au milieu de son discours et l'interpelle sur la question de l'autisme. 

Emmanuel Macron écoute Estelle Ferrandès dénoncer la façon dont on parle de l’autisme dans la société, lors d'un débat avec les jeunes à Etang-sur-Arroux, en Saône-et-Loire, jeudi 7 février 2019.
Emmanuel Macron écoute Estelle Ferrandès dénoncer la façon dont on parle de l’autisme dans la société, lors d'un débat avec les jeunes à Etang-sur-Arroux, en Saône-et-Loire, jeudi 7 février 2019. © EMMANUEL FOUDROT / POOL/EPA/Newscom/MaxPPP
7 février 2019. Emmanuel Macron anime le grand débat national à Etang-sur-Arroux, en Saône-et-Loire. Un millier de jeunes est présent. Il n'est pas prévu qu'Estelle Ferrandes prenne la parole et pourtant elle se lève et interpelle le président de la République sur la question de l'autisme.

Je voudrais lancer un appel. S'il vous plaît faites remonter l'info : il ne faut plus utiliser les autistes comme insulte ! François Fillon à un moment il a dit "on n'est pas des autistes", alors s'il vous plaît on arrête maintenant !"
 


Elle est applaudie par toute la salle. 

"Je voulais vraiment insister là-dessus. Dans le cadre du grand débat national, il y a le quinquennat du handicap. C'était l'occasion rêvée de pouvoir porter ce message : les autistes sont des personnes comme tout le monde", explique-t-elle à l'issue du débat.
 


Mieux inclure les autistes dans la société

L'appel d'Estelle est clair : elle souhaite que les autistes soient mieux intégrés à la société. Emmanuel Macron lui répond en reconnaissant qu'il y a beaucoup de retard en la matière.

"On va peut-être arriver à se parler, se confronter et trouver des solutions ensemble", déclare-t-elle.
 


Estelle milite toujours

Deux mois plus tard, la jeue femme milite toujours. Elle est volontaire à l'Épide, un établissement pour l'insertion dans l'emploi, depuis huit mois. Elle tente d'y construire son projet : devenir monitrice éducatrice. 
 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grand débat national société témoignage emmanuel macron politique