Dijon : le mobilier anti-SDF fait réagir

Dijon, comme avant elle d'autres agglomérations, a mis en place du mobilier urbain anti-SDF. Des messages de sensibilisation en ligne, ou des campagnes portées par des associations ou des partis politiques, dénoncent l'installation de ces équipements. 

► Douche automatique, picots, plans inclinés : pour dénoncer les dispositifs urbains anti-SDF, la fondation Abbé Pierre et Emmaüs Solidarité ont lancé le mot-clé  #soyonshumains et collé des affiches dans plusieurs ville de France qui ont mis en place ce genre de mobilier. "Ce n'est pas parce qu'on n'a plus rien, qu'on n'a pas le droit de se reposer, de se laver, d'aller aux toilettes", a affirmé Christophe Robert, délégué général de la fondation.

► Cette fondation a lancé également un site, sur lequel chacun est appelé à photographier et poster des photos de dispositifs anti-SDF pour les répertorier. Bruno Morel, directeur d'Emmaüs Solidarité, alerte sur "l'état d'épuisement dans lequel les personnes arrivent dans les centres d'accueil", dénonçant ces "insupportables" dispositifs urbains. Selon la fondation Abbé Pierre, le nombre de personnes sans domicile fixe a augmenté de 50 % entre 2001 et 2012 et plus de 2 000 personnes meurent dans la rue chaque année en France.

Reportage à Dijon avec : Céline, SDF et Arnaud Guvenatam, militant La France Insoumise.
durée de la vidéo: 01 min 59
Dijon : mobilier anti-SDF

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société sdf