Dijon : les tarifs étudiants dans les transports en commun sont-ils trop chers ?

L’Unef (Union Nationale des Etudiants de France) dénonce l’augmentation du coût de la vie étudiante en 2018. Dijon est citée parmi les villes qui pratiquent des tarifs supérieurs à la moyenne nationale dans les transports.
 

© France 3 Bourgogne

Quelle est la hausse du coût de la vie étudiante en 2018 ?

L’Unef, le principal syndicat étudiant de France, a publié mardi 20 août 2018 une enquête sur le coût de la vie étudiante.

Les résultats font apparaître une augmentation de 1,31% par rapport à  l'an dernier où la hausse était déjà de 2,09%.

Conséquence : 56% des étudiants, voient leur coût de la vie augmenter plus fortement que l’inflation, dénonce l’Unef. "Cette hausse ne va faire qu’accentuer la précarité des étudiants et la sélection sociale qui existe dans l’enseignement supérieur", déclare le syndicat.

Une fois les aides perçues (bourses, APL, etc...), le reste à charge mensuel moyen pour un étudiant est de 837,72 euros, indique l’enquête, soit 129,59 euros de plus que l’an dernier, selon les calculs du syndicat étudiant.

L’Unef rappelle que près de la moitié des étudiants (46%) sont obligés de travailler à côté pour financer leurs études, ce qui est "la première cause d'échec à l'université".


 
 

Quelles sont les principales causes de l’augmentation du coût de la vie ?

Cette augmentation du coût de la vie s’explique principalement par l’augmentation des prix des loyers et des transports en commun.

Le logement représente en moyenne 54% du budget des étudiants.
A Dijon, l’évolution du montant des loyers des logements étudiants est en progression de 1,09%, indique le syndicat.

Le prix des transports pèse également dans le budget des étudiants. La moyenne nationale est de 269,49 euros, mais les tarifs sont très variables d’une ville à l’autre.

En région, les tarifs des transports pour les étudiants augmentent de 1% en moyenne cette année.
A noter que 5 villes ont des tarifs étudiants avoisinants ou supérieurs à 300 euros (c’est-à-dire proche du prix des transports en région parisienne) : c’est le cas de Dijon (315 euros), Lyon, Tours, Rennes et Lille.

"Il est urgent que ces collectivités mettent en place des demi-tarifs étudiants plus conséquents", demande le syndicat.

 
 

Quelles mesures pour améliorer les conditions de vie des étudiants ?

L’Unef réclame une série de mesures d’urgence pour améliorer les conditions de vie des étudiants. Le syndicat demande notamment :

-une réforme des aides sociales permettant d’augmenter le nombre d’étudiants boursiers et une revalorisation des bourses sur critères sociaux ainsi que des APL de 20%

-une augmentation du budget des aides urgences pour les étudiants dans des situations particulièrement précaires

-la mise en place de demi-tarifs étudiants dans toutes les villes universitaires, afin de favoriser l’accès aux transports pour tous

-l’exonération de la taxe d’habitation pour les étudiants dès janvier 2019 afin de les décharger de cette dépense qui pèse fortement sur leur budget annuel.
 
Dijon : les tarifs pour les étudiants dans les transports en commun sont-ils trop chers ?

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie université éducation société