Dijon, un des trois favoris pour la future Cité de la gastronomie, selon François Rebsamen

"On m'a annoncé hier que Dijon était parmi les trois meilleurs dossiers", a déclaré François Rebsamen à des journalistes en marge de l'inauguration de la
82e Foire gastronomique de Dijon, sans toutefois préciser sa source.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Cinq villes (Beaune, Chevilly-Larue/Rungis, Dijon, Lyon et Tours) sont candidates pour accueillir la future Cité de la gastronomie.
Elles ont été auditionnées mi-octobre au ministère de la Culture à Paris, dans le cadre de ce projet qui entend valoriser le patrimoine alimentaire et culinaire
français. Le sénateur-maire PS de Lyon, Gérard Collomb, avait insisté lundi lors d'une conférence de presse sur la "légitimité de Lyon", déjà connue pour être une importante capitale gastronomique avec ses 64 chefs étoilés: "La gastronomie à Lyon est une évidence historique et géographique", a-t-il souligné.

"J'ai dit au maire de Lyon que les chefs étoilés en Bourgogne valent bien ceux du Rhône", a rétorqué M. Rebsamen mercredi. Le projet de Dijon, estimé à 55 millions d'euros, s'installerait en centre-ville, sur le site de l'ancien hôpital général. Un comité de soutien doit être lancé officiellement lundi 5 novembre.
L'annonce de la ville lauréate pourrait intervenir avant la fin de l'année.
 
Rappelons que ce projet de Cité de la gatsronomie est lié à l’inscription à l’Unesco de la gastronomie française. C'est la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires qui doit sélectionner la ville où sera créée  une cité consacrée à l’art culinaire.

(avec AFP)