Dijon : une famille de réfugiés albanais handicapés et soignés en France refuse son renvoi vers l'Albanie

Publié le Mis à jour le

C'est sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle que la famille a refusé de monter dans un avion en direction de l'Albanie. La mère, atteinte d'un cancer, et le père, non-voyant, ont demandé l'asile pour raisons de santé. La mère devrait être reçue à la Préfecture ce vendredi 1er octobre.

Les faits se sont produits ce mardi 28 septembre à Dijon. Il est sept heures du matin quand une famille d'Albanais résidant en France depuis trois ans est arrêtée dans les locaux du "dispositif préparatoire au retour", le centre où elle réside, rue du Petit Bernard à Dijon.

La famille était menacée par une OQTF

Les parents et leur enfant de dix ans, scolarisé en CM2, ont ensuite été amenés par la police à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle "en vue d’une garde à vue et d’une expulsion imminente vers l’Albanie" explique la ligue des droits de l'homme de Dijon, qui se dit choquée par cette procédure. À l'aéroport, la famille refuse d'embarquer.

Déboutée de l'asile une première fois, cette famille était sous le coup d'une OQTF, une obligation de quitter le territoire français. Mais en raison de problèmes de santé importants (la mère de famille souffre d'un cancer pour lequel elle est suivie au centre Leclerc de Dijon), une demande de titre de séjour pour "raison de santé" a été formulée.

Deux parents handicapés

Pour justifier son refus de monter à bord de l'avion, le couple met en avant cette demande d'asile. En plus de sa maladie, pour laquelle un protocole de soin est prévu jusqu'en 2024, la maman est malvoyante. Son mari, non-voyant, est également amputé d'un bras.

Toujours ce mardi 28 septembre, à Dijon, des membres d'associations de soutien aux réfugiés se sont réunis devant la Préfecture. Une délégation a été reçue par le secrétaire général de la Préfecture. Il les a informés qu'une décision quant au devenir de la famille sur le sol français serait donnée sous huit jours. Le couple et son fils a donc été relâché par les autorités à l'aéroport.

Un rendez-vous prévu ce vendredi

Ce vendredi 1er octobre, la mère de famille est convoquée à la Préfecture de Dijon.