• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Elections européennes 2019 : les réactions en Bourgogne

La recomposition du paysage politique français se poursuit comme le montrent les élections européennes du 26 mai 2019 / © ERIC CABANIS / AFP
La recomposition du paysage politique français se poursuit comme le montrent les élections européennes du 26 mai 2019 / © ERIC CABANIS / AFP

Les élections européennes qui ont eu lieu dimanche 26 mai en France confirment l’ancrage de l’extrême droite dans une grande partie du pays. C’est notamment le cas en Bourgogne-Franche-Comté où le Rassemblement national est arrivé en tête dans les 8 départements.
 

Par B.L.


C’est bien le duel Rassemblement National contre La République en marche qui a dominé ces élections européennes 2019, sur fond de crise des "gilets jaunes".
En Bourgogne-Franche-Comté, le RN (26,24 %) devance LREM (20,39%) qui limite les dégâts.

Le scrutin est aussi marqué par la recomposition du paysage politique, qui avait débuté après l’élection d’Emmanuel Macron en 2017.
Cette fois, les écologistes d'EELV obtiennent une troisième place inattendue (11,61%) dans la région, alors que Les Républicains sont confrontés à une défaite historique (9,67%).
 
​​​​​​​
 

Pour Marie-Guite Dufay, présidente PS de la région Bourgogne-Franche-Comté, "les résultats des élections européennes 2019 sont pleins d’enseignements, d’inquiétude mais aussi d’espoirs".

 



Le Rassemblement National a conforté son ancrage dans la région, notamment dans les zones rurales. Mais, il est toujours à la peine dans les grandes villes.

C’est le cas notamment à Dijon, où la liste de la République en marche est en première position avec 25,56% des voix. "Je déplore le résultat inquiétant du vote nationaliste des élections européennes 2019. Au contraire, notre Europe doit assumer et afficher des convictions démocrates, écologistes et humanistes", déclare Francois Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon Métropole.

 

Jérémy Decerle (LREM) et Arnaud Danjean (LR), qui habitent en Saône-et-Loire, font partie des représentants français qui siègeront au Parlement européen pour les cinq prochaines années.

Arnaud Danjean, qui était 3e sur la liste Les Républicains, a été élu eurodéputé pour la 3e fois. "Merci à celle & ceux qui,dans ce contexte difficile,nous ont apporté leur suffrage et ont témoigné leur confiance dans la droite républicaine. L’étau mortifère,si artificiel, se resserre encore un peu plus sur la démocratie française. Lourde responsabilité du «nouveau monde»!", déclare l'élu bourguignon. 
 

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères et conseiller départemental de l'Yonne, est à Bruxelles aujourd'hui. "Au regard des votes qui ont été exprimés, on voit un souhait des Européens d'être protégés, que la dimension climatique soit pleinement prise en compte", a notamment déclaré l'ex LR. 
 

Dans le camp du Rassemblement national, on exulte. Julien Odoul, président du groupe RN à la Région Bourgogne-Franche-Comté et membre du bureau national du Rassemblement national, ne cache pas sa joie.
 

Ce scrutin des européennes a suscité de nombreuses autres réactions. 

Dominique Verien, sénatrice UDI de l'Yonne et conseillère municipale de Saint-Sauveur-en-Puisaye



Pour François Sauvadet, président UDI du conseil départemental de Côte-d'Or, "Emmanuel Macron est responsable de cette situation".
 

​​​​​​​
"Je suis triste pour ma France qui n’aura pas une voix crédible au Parlement européen", déclare Alain Houpert, sénateur LR de Côte-d'Or.


"Le chemin de la refondation de la droite qui est très éclatée sera très long et très ardu. Notre échec est collectif", analyse Guillaume Larrivé, député LR de la 1ere circonscription de l'Yonne.
 

"Plus que jamais à la lecture des résultats, je continue de plaider pour une « maison commune » à gauche", dit Denis Lamard, conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté (qui a quitté le PS pour rejoindre le mouvement Gauche républicaine et socialiste créé par Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann).

 

Au plan national, la liste du Rassemblement national de Marine Le Pen devance de 0,9 point la liste LREM-MoDem soutenue par le président Emmanuel Macron (23,31% contre 22,41%), selon les résultats définitifs communiqués lundi matin par le ministère de l'Intérieur.

Les deux listes obtiendront le même nombre (23) de députés élus au Parlement européen après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

 

​​​​​​​




​​​​​​​

A lire aussi

Sur le même sujet

Canicule : un feu de forêt s’est déclaré à Villeferry en Côte-d’Or

Les + Lus