Eliminée en quart de finale des play-offs, la JDA a-t-elle gâché sa saison ?

Favorite de son quart de finale des play-offs face à Bourg-en-Bresse, la JDA Dijon s'est fait éliminer sèchement, avec deux défaites en autant de matches (79-73 puis 92-90). Si les Bourguignons ont rempli tous leurs objectifs sportifs cette saison, leur parcours laisse le sentiment de gâchis, car ils semblaient en mesure de faire encore mieux.

On dit souvent que l’équipe qui a l’avantage du terrain lors des play-offs a une pression supplémentaire. Car la défaite laisserait un goût d’inachevé et de gâchis. La JDA Dijon l’a malheureusement prouvé en quarts de finale du championnat de France de basket. Alors qu’elle recevait la JL Bourg ce dimanche 22 mai, l’équipe bourguignonne s’est inclinée 79 à 73. Obligée de s’imposer hier soir afin d’obtenir un troisième match (qui se serait joué au Palais des Sports de Dijon), la JDA a à nouveau été battue par son adversaire, 92 à 90.

Favoris avant la confrontation, plus expérimentés par rapport à un adversaire qui n’avait pas joué les phases finales l’année dernière et qui avait plusieurs blessés dans ses rangs, les Dijonnais ont manqué leur objectif, pourtant annoncé avant même les rencontres : se qualifier pour la demi-finale.

"Félicitations à la JL Bourg qui mérite d’aller en demi-finale, mais aussi à mes joueurs qui ont réalisé une belle saison. Aller en demi-finale aurait été top mais ce n’est pas une mauvaise saison. La perte du premier match a coûté cher", commentait hier le coach de la JDA, Nenad Markovic.

Plusieurs objectifs atteints, mais une élimination frustrante

Le sentiment de gâchis est là, car la JDA n’est pas passée à côté de ses deux confrontations face à la JL Bourg. Mais elle a connu trop de trous d’air. D’abord ce dimanche, avec un dernier quart temps complètement raté, qui a permis aux Bressans de revenir puis de prendre l’avantage sans jamais le lâcher. Puis ce mardi. Cette fois-ci, c’est le deuxième quart temps qui a douché les espoirs de Bourguignons qui ont été menés de 18 points.

"On a bien débuté mais je ne sais pourquoi, on a ensuite tout manqué, on était en état de choc. Offensivement, on n’a plus respecté le plan, alors que le plus important était de contrôler le rythme du match. On a fait ce qu’on devait faire en 2e mi-temps et à la fin, c’est le basket, cela se joue sur un lancer, un tir", analysait Nenad Markovic.

En effet, malgré un énorme retour en seconde période, les coéquipiers de David Holston ont perdu sur le fil, au terme d’une fin de match à suspense.

On est tous déçu mais quand on est revenu, c’était le vrai visage de notre équipe. C’est d’autant plus rageant…

Jacques Alingué, pivot JDA Dijon

De quoi ternir le bilan de la JDA ? Pas pour le pivot Jacques Alingué. "Des objectifs ont été atteints, on est allé au top 16 de la BCL, à la Leaders Cup et dans le top 5 final en championnat, on voulait aller en demi-finale pour s'assurer une Coupe d'Europe, c'est le seul objectif qu'on n'a pas atteint".

Quatrième de phase régulière, la JDA a fait, il est vrai, mieux que la saison dernière (cinquième du championnat). Une belle performance pour un club qui ne possède que le onzième budget de première division. On se souviendra aussi de victoires de prestige à Monaco et contre l’ASVEL au Palais des Sports.

"La JDA pouvait aller chercher plus"

Mais aussi de quelques trous d’air. Une série de cinq défaites de suite toutes compétitions confondues en mars dernier, une défaite en quart de finale de Coupe de France après avoir été balayé par Le Mans et une élimination du Top 16 de Ligue des champions avec notamment une lourde défaite à Strasbourg (86-67).

La JDA n'a pas donné tout ce qu'elle avait. Ils ont eu trop de hauts et de bas, et parfois même au cours d'un même match !

Christophe Tarrisse, journaliste France 3 Bourgogne

"C'était une saison en dents de scie, on a traversé des moments où on n'était pas au top mais on a su la gérer pour bien revenir", décrypte Jacques Alingué. "La saison n'est pas un échec, mais elle laisse un vrai goût d'inachevé. Certes, les objectifs ont été atteints, mais on a le sentiment que la JDA pouvait aller chercher plus, sur l'ensemble des compétitions. Elle a donné l'impression qu'elle pouvait faire beaucoup mieux", estime de son côté notre journaliste sportif Christophe Tarisse.

Selon lui, l'été devrait être mouvementé pour les Bourguignons. Avec une saison désormais terminée, la JDA Dijon doit désormais travailler pour la saison prochaine. C’est acté, Nenad Markovic a prolongé pour une troisième saison sur le banc bourguignon.

C'est du côté des joueurs que cela devrait bouger. "Il y a une fin de cycle je pense. On a vu que quand les leaders David Holston ou Markis McDuffie sont un peu moins bien, c'est plus compliqué pour la JDA. Il y a quelques joueurs sous contrat, mais il peut y avoir un petit remue-ménage", présage Christophe Tarrisse.

Un prochain exercice avec ou sans la légende David Holston ? La prolongation du meneur de jeu âgé de 37 ans est en cours selon Fabien Romeyer, directeur sportif de la JDA.