• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

François Rebsamen : « le Travail est un vrai ministère de gauche (...) j’en avais rêvé plus jeune »

François Rebsamen, invité de l’émission politique de France 3 Bourgogne a évoqué sa satisfaction de « mettre les mains dans le cambouis » en tant que ministre du travail mais rappelé son attachement à la ville de Dijon

Par Muriel Bessard

Interrogé par Lilian Melet dans La Voix est libre ce samedi sur France 3 Bourgogne, le ministre de l’Emploi est revenu sur les sujets qui ont fait l’actualité politique et économique française ces derniers jours : du livre de Valérie Trierweiler aux sénatoriales en passant par les chiffres du chômage et le retour de Nicolas Sarkozy. Petit retour sur les principaux points abordés.


Que pensez-vous de la conférence de presse de François Hollande cette semaine ?

« Je l’ai trouve pédagogue, ça m’a rassuré». Selon François Rebsamen, l’erreur majeure du gouvernement (il l’avait déjà dit avant d’entrer dans le gouvernement), « c’est de ne pas avoir dit qu’il allait falloir du temps pour redresser le pays. »


Concernant Arnaud Montebourg, fallait-il le garder au gouvernement après ses déclarations à la fête de la Rose ?

« Quand on est ministre, on doit être respectueux de la fonction. C’est de la gaminerie »


Que diriez-vous à Thomas Thévenoud si vous le croisiez?

C’est une « brebis galeuse » du pari socialiste. Si je le voyais je lui dirai « tu dois démissionner ».


Que pensez-vous du livre de Valérie Trierweiler ?

« Je suis révolté, révulsé ». Si François Hollande avait été tel que décrit dans le livre a expliqué François Rebsamen, « je ne serai pas resté avec lui. ». C’est « dégueulasse », a-t-il conclu.
F.Rebsamen à propos du livre de V.Trierweiler


Les chiffres du chômage sont mauvais. Qu’en dîtes-vous ?

Le ministre a expliqué que, selon lui, le référentiel choisi n’était pas le bon. « On a focalisé, mon prédécesseur [Michel Sapin] a focalisé, sur le chiffre mensuel des inscriptions à Pôle Emploi ». Ca n’est pas un bon référentiel a indiqué le ministre qui préfère parler du taux de chômage en France métropolitaine. Il est de 9,7%. C’est mauvais a-t-il reconnu mais on a connu pire.


Vos propos sur les contrôles des chômeurs ont soulevé un tollé…

François Rebsamen a dénoncé la curée médiatique des « bien-pensants » : « C’est un drôle de pays où quand on dit droits et devoirs on se fait brocarder ».


Où en est-on du travail du dimanche ?

« On va avancer ». « Le repos dominical est le principe ». Mais, a ajouté le ministre, dans les Zones d’intérêt touristiques comme les Champs-Elysées les commerces doivent être ouverts, comme dans les autres capitales européennes. Mais cela doit se faire « sur la base du volontariat » et de façon claire et cadrée. Pour les villes comme Dijon, aujourd’hui la règle c’est 5 dimanches par an. Un rapport propose 12 par an. « C’est peut-être un peu trop », estime le ministre qui penche pour un juste milieu.


Que pensez-vous du retour de Nicolas Sarkozy en politique ?

« Je pense que ça ne va rien changer ». « Ca ne me passionne pas »
F.Rebsamen à propos du retour de N.Sarkozy


Vous rêviez du ministère de l’Intérieur. Finalement vous avez quitté Dijon pour le ministère du travail… sans regret ?

C’est un vrai ministère pour la gauche a répondu François Rebsamen qui n’a pas caché son ambition de reprendre les rênes de Dijon à la fin de son mandat.

F.rebsamen à ropos de son poste au ministère du Travail


Faut-il s’attendre à une défaite de la gauche aux sénatoriales ?

Après avoir évoqué le « formidable » travail de François Patriat et d’autres candidats socialistes sur le terrain, François Rebsamen a reconnu que la gauche allait sûrement perdre sa majorité. Mais, a-t-il averti, « une vraie majorité de droite, ça va être un handicap pour le gouvernement. Les grands électeurs doivent faire attention à ne pas rétablir un Sénat de pure opposition ».

A lire aussi

Sur le même sujet

Digoin : un repreneur pour la faïencerie

Les + Lus