• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Handball : Jackson Richardson veut aller “au plus haut” avec Dijon

Jackson Richardson entraîne le Dijon BHB, une équipe de Pro D2 / © AFP PHOTO CARL COURT
Jackson Richardson entraîne le Dijon BHB, une équipe de Pro D2 / © AFP PHOTO CARL COURT

Il a  été l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du handball mondial. Désormais, le Réunionnais Jackson Richardson entraîne le DBHB, l'équipe de Pro D2 de Dijon. Il débute sa nouvelle carrière face à Limoges samedi 4 septembre 2015, à 20h30.

Par AFP


A l'aube de la première journée du championnat de France de Pro D2, estimez-vous que votre équipe est prête ?

"Comme tous les entraîneurs, j'ai envie de vous dire que j'aurais aimé avoir quelques jours de plus... Il y a toujours des choses à améliorer. En ce qui concerne mon équipe, même s'il y a eu assez peu de mouvements (quatre arrivées et quatre départs), le gros chantier concerne la ligne arrière, qui a beaucoup changé. Et la ligne arrière constitue la base du handball...

Mais globalement, nous avons réalisé des choses intéressantes lors de cette préparation. Les joueurs ont bien assimilé le système de jeu que je veux mettre en place, même s'il y a des choses à améliorer. Il nous reste à trouver un peu plus de cohésion. J'ai des joueurs qui manquent encore d'expérience."

Êtes pressé de débuter la saison ?

"Bien sûr. La préparation est une chose, mais nous sommes des professionnels et nous avons envie de débuter la compétition. On sait que ce ne sera pas facile dans ce championnat, que Dijon, qui est une ville où le hand à une histoire, fait partie des équipes à battre."

On souhaite tous revoir Dijon au plus haut niveau


Justement, vos dirigeants ont-ils fixé comme objectif la remontée parmi l'élite à la fin de la saison ?

"On souhaite tous revoir Dijon au plus haut niveau.
Et le plus vite possible. Mais si nous faisons partie des équipes qui peuvent espérer jouer un rôle, il y en a d'autres. Nous pourrons espérer accéder à l'élite, à condition d'avoir un collectif soudé. Je suis conscient que cela peut prendre du temps."

Un an seulement comme N.2, à Chambéry, et déjà entraîneur, à Dijon, une progression rapide !

"Oui, j'ai eu d'autres opportunités, mais le projet dijonnais était le plus convaincant. J'ai pu largement participer au recrutement.

Après la fin de ma carrière en 2009, j'ai d'abord suivi le hand en tant que  spectateur, puis j'ai passé mes diplômes d'entraîneur avant d'aller à Chambéry, où j'ai appris beaucoup de choses.
Aujourd'hui, je suis l'entraîneur numéro 1 à Dijon, ce sont de nouvelles responsabilités pour moi. C'est un travail passionnant.



Votre carrière et votre charisme ont-ils pu intimider vos joueurs lors de votre prise de fonctions ?

Au début, un peu. Je sentais que certains, notamment les plus jeunes, étaient intimidés... Mais avec le temps, les entraînements, cela s'est atténué. J'ai très vite dit aux joueurs que nous étions tous sur le même bateau, avec le même objectif, celui de faire une belle saison. Je suis là pour faire profiter mes joueurs de mon expérience.

J'ai connu le très haut niveau, mais ce n'est pas pour cela que tout va être facile pour moi et pour Dijon. J'ai envie que mon équipe pratique un jeu spectaculaire, mais pour y arriver, il va falloir beaucoup travailler. Les joueurs et le staff technique, moi le premier..."

A lire aussi

Sur le même sujet

Gilets jaunes : dans l'Yonne, forte mobilisation dans la Puisaye

Les + Lus