"Il n'y a personne" : sans repreneur pour le Géant Casino, le centre commercial de Chenôve risque-t-il de couler ?

Les commerçants de la galerie marchande des Portes du Sud, à Chenôve, s'interrogent sur l'avenir du Géant Casino. Boudé par Auchan, Intermarché et les autres enseignes, le magasin a jusqu'au 30 septembre pour trouver un repreneur.

"Ça a dépéri", constate Bernadette, une habituée de la galerie commerciale. "Moi, je ne viens plus que très rarement. Avant, c'était intéressant, mais tellement de boutiques ont fermé que les gens ne viennent plus", confirme une autre cliente. "On vient surtout parce qu'il y a un restaurant qu'on aime bien."

"Ça ne vit plus. Vous venez à n'importe quelle heure, il n'y a personne dans l'allée centrale."

une cliente de la galerie

Ce lundi 30 avril, le centre commercial les Portes du Sud, à Chenôve, fait grise mine. Le Géant Casino, autrefois poumon de la galerie, est en sursis : après la descente aux enfers du groupe Casino, et alors que des centaines de magasins ont été repris par Intermarché et Auchan, l'hypermarché de Chenôve n'a attiré aucun repreneur. Le propriétaire de la galerie, Mercialys, se donne jusqu'au 30 septembre pour trouver un racheteur.

"J'ai peur que la galerie ferme complètement"

En attendant, les commerçants de la galerie se battent pour continuer d'exister. Car leurs boutiques, elles, n'ont pas prévu de fermer ! "Il y a de l'inquiétude, après, nous avons nos clients fidèles et ils ne font plus leurs courses à Géant depuis pas mal de temps. Donc, que ça ferme ou pas, je pense que ça ne va pas changer grand-chose", explique Noémie, vendeuse de vêtements. Avant d'ajouter : "Mais c'est vrai que si on avait un supermarché en face, ça générerait davantage de trafic. S'il n'y a vraiment plus rien, je pense qu'on sera obligé de déménager..."

Elie Alshyeb, gérant d'un magasin de couture, espère aussi qu'un repreneur se manifestera. "Je suis inquiet, j'ai peur que la galerie ferme complètement."

"On ne va pas partir défaitiste"

Alice Angebault veut rester plus optimiste. Responsable de deux magasins, auparavant salariée, elle travaille aux Portes du Sud depuis plus de 15 ans. Si le Casino ferme ? "On va perdre une partie de l'âme de la galerie, mais on ne se laisse pas abattre. Les délais ne sont pas passés, et on espère un renouveau derrière. On ne va pas partir défaitiste."

La commerçante mise sur la communication. "Il faut vraiment montrer à nos clients qu'on est là. Les gens font l'amalgame entre le Géant et la galerie, ils pensent qu'on va aussi fermer alors que ce n'est pas du tout le cas. On se dit qu'il faut qu'on fasse passer ce message."

Plusieurs des gérants interrogés nous font part du même constat : ils comptent sur la fidélité de leurs clients. "Je suis là depuis 12 ou 13 ans et ma pharmacie a ouvert il y a près de 50 ans, en 1977", indique Emmanuel Ploy, à la tête de la pharmacie Ploy-Nguyen Trong.

C'est vrai que depuis quelques années, le Géant perd de la fréquentation. Mais nos patients, majoritairement, ne font pas leurs courses ici : ils viennent pour nous, et ça fait des années que c'est ainsi.

Emmanuel Ploy

pharmacien

Alice Angebault, elle, a fait réaliser une étude de marché et le résultat est similaire : "90 % de ma clientèle ne vient dans la galerie que pour ma boutique." 

Reste à savoir si la fidélité de ces clients suffira à maintenir la galerie en vie, en l'absence du Géant Casino. Contacté, Mercialys, le groupe propriétaire de la galerie Portes du Sud, assure que rien n'est acté pour l'heure. Le groupe dit garder espoir qu'un repreneur se manifeste d'ici au 30 septembre.

► Avec Lounis Khelaf et David Segal

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité