INSOLITE. Non, cette voiture ne va pas être utilisée par la police de Dijon

Sur les réseaux sociaux, l'annonce a fait réagir les internautes. Mais non, la police nationale ne sera pas équipée de ce véhicule électrique. Il s'agit d'une opération pour promouvoir le Festival des véhicules de police qui aura lieu à Dijon (Côte-d'Or) en septembre prochain.

C’est un post Instagram qui a surpris beaucoup d’internautes. Fin juin, l’agence de communication dijonnaise AVS annonce que la police nationale va être équipée d’un nouveau véhicule. La Citroën Ami, une voiture électrique qui atteint les 50 kilomètres par heure maximum. Autant dire qu’on est loin des bolides les plus rapides des forces de l’ordre et de la mythique Alpine.

Dans les commentaires, des membres de la team premier degré réagissent avec quelque peu de naïveté. "Ils veulent rattraper quoi avec ça ? Des cyclistes ?", "C’est une blague ou non ? J’ai peur que non…". Même un député RN de la Gironde se fait avoir.

Mais oui : il s’agit bien d’une blague. Ou plutôt d’un petit coup de communication en marge du Festival des véhicules de police, prévu à l’origine ce vendredi 7 juillet à Dijon (Côte-d’Or). L'évènement a succédé au Festival du film policier de Beaune.

"Ces voitures ne pourraient pas entrer dans nos parcs de véhicules"

Que les plus inquiets se rassurent donc, c’est un véhicule qui ne sera jamais utilisé en intervention. Dommage pour Genji_05 qui a commenté : "On est tranquille, on n’a pas de risque d’être intercepté !".

"C’est un petit clin d’œil humoristique. Ces voitures-là ne pourraient pas entrer dans nos parcs de véhicules. C’est une deux-places, il n’y pas de gyrophare et la capacité de chargement est limité. C’est un petit clin d’œil à la police", confie Cédric Bovrisse, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police National en Côte-d'Or.

La voiture sera seulement exposée. Initialement, elle aurait dû l’être ce week-end, pour le festival donc, qui coïncide avec la Journée dédiée à la police, célébrée le 9 juillet. Mais l’évènement a été reporté, en raison des épisodes de violences urbaines en France et de la mobilisation des forces de l’ordre. Pour voir la Citroën Ami, il faudra probablement attendre le mois de septembre.

Une vidéo vue près de 2 millions de fois

Le petit véhicule attend donc patiemment au garage, sous les yeux d’Arthur Deballon, le dirigeant d’AVS Communication. "L’idée, c’était d’avoir une voiture qui dénote, un peu drôle. La police voulait une voiture française. Ils étaient plus sur une DS3. C’est Citroën qui a proposé l’Ami", raconte celui qui a posté la vidéo sur les réseaux sociaux.

La voilà désormais à 1,9 millions de vues sur Instagram, plus de 49 000 mentions j’aime et 2 900 commentaires. "Quand on a publié la vidéo, je m’attendais à faire nos 70-80 likes habituels et en fait, c’est parti directement ! Ça a fait réagir. Le souci, c’est qu’il y a des gens qui ne lisent pas tout sur les réseaux sociaux. Mais il y a des gens qui ont compris le trait d’humour".

Résultat : un joli coup pour l’agence et la police dijonnaise. "On dit que dès qu’on en parle, c’est une bonne opération. Cette voiture, elle fait rire, les réactions sont bonnes. Pour suivre les commentaires, les gens interpellent leurs amis policiers en rigolant et écrivant ‘regarde ta nouvelle bagnole’. Elle fait rire même dans les rangs de la police".

"Ça a bien été accueilli auprès de mes collègues, c’est un petit véhicule qui attire la sympathie", confirme Cédric Bovrisse.

Et lors du prochain Festival des véhicules de police, il n’y aura pas que l’Ami puisque plusieurs concessionnaires et même des collectionneurs privés devraient être présents. Par le passé, l’évènement a également accueilli des voitures de séries et films policiers.

"Si on vous parle de Starsky et Hutch, même si on ne connaît pas la marque et le modèle, tout le monde peut vous décrire la voiture. Pareil, si je vous parle de Columbo, tout le monde se rappelle de sa Peugeot !", lance Cédric Bovrisse. Pour l’heure, on ne connaît pas de célèbre policier de fiction qui roule en Citroën Ami. Mais il ne faut jamais insulter l'avenir !

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité