Cet article date de plus de 4 ans

Une interdiction d’exercer temporaire pour un médecin qui avait eu des propos homophobes

La chambre disciplinaire de première instance de Bourgogne de l’Ordre des médecins a condamné mardi 4 juillet 2017 un généraliste de Côte-d’Or à une interdiction d'exercer pendant un mois et à une amende de 1000 euros.
Les faits s’étaient produits en décembre 2016 : un médecin généraliste, qui effectuait des remplacements à Dijon, avait publié sur la page Facebook « les médecins ne sont pas des pigeons » et sur le site « remède.org » un post dans lequel il évoquait le cas d’un patient atteint de syphilis, un homosexuel discret, "pas de type "fofolle" avec des manières surjouées".

Face à ces propos homophobes, plusieurs signalements avaient été faits, notamment par le Conseil national de l’Ordre des médecins, l’Amicale des jeunes du Refuge, l’association LGBT, la délégation Interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Le conseil départemental de Côte-d’Or de l’Ordre des médecins avait alors décidé de déposer plainte devant la chambre disciplinaire de première instance de Bourgogne de l’Ordre des médecins à l’encontre de ce médecin. Suite à cette décision, le dossier avait été transmis à la chambre disciplinaire de Bourgogne de l’Ordre des médecins.

© Darko Stonajovic via Pixabay

"Un comportement de nature à déconsidérer sa profession"



Le médecin a été condamné ce mardi 4 juillet à une interdiction d'exercer la médecine pendant une durée d'un mois ainsi qu'à 1000 euros d'amende, indique le site internet de LCI.

La chambre disciplinaire considère dans son jugement, que LCI s'est procuré, que "les propos du docteur ne sauraient être qualifiés d'opinion politiques" et que, repris par la presse, ils ont "à tout le moins mis la communauté médicale en difficulté". Elle ajoute que "par ses propos excessifs et constants (...), il a eu, en l'espèce, un comportement de nature à déconsidérer sa profession".

Le praticien dispose de trente jours pour faire appel, précise l’article de LCI.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers lgbt+ société