INTERVIEW : en cas de cas à l'école, ce sera "du cas par cas" annonce la rectrice

A la veille de la rentrée des classes, la rectrice de l'académie de Dijon Nathalie Albert-Moretti était l'invitée du journal de 19h sur France 3 Bourgogne. Distanciation sociale, protocole en cas de cas de coronavirus à l'école, elle répond aux questions d'Arnaud Lefevre. 
Nathalie Albert-Moretti était l'invitée de France 3 Bourgogne ce lundi 31 août
Nathalie Albert-Moretti était l'invitée de France 3 Bourgogne ce lundi 31 août © France 3 Bourgogne
Avant la rentrée des classes ce mardi 1er septembre, un nouveau protocole sanitaire a été distribué aux établissements scolaires. Le masques sera obligatoire pour les collégiens et les lycéens. Le texte se veut plus souple pour les autres mesures. La distanciation physique n'est plus obligatoire quand elle n'est pas possible matériellement. La limitation du brassage entre classes et groupes d'élèves est simplement "recommandée". 

En Bourgogne, la rectrice Nathalie Albert-Moretti fait le point sur les conditions sanitaires de cette rentrée. 
 

Le respect des mesures sanitaires est-il laissé à l'appréciation des enseignants ? 

Le protocole sanitaire pose un certain nombre de principes tout à fait robustes et permettent une adaptation à tous les scénarii. Mais en même temps, chaque chef d’établissement a la possibilité d’adapter les décisions à son établissement, ses locaux ou ses espaces extérieurs.

Que se passe-t-il en cas de cas de Covid dans une école ?

Sur ce sujet, on est parfaitement prêt. Un protocole a été pensé en lien avec l’ARS, la préfecture et les services du rectorat pour imaginer tous les scénarii possibles et être capable de tracer très vite les cas contacts d'un éventuel cas de covid détecté. Ce sera du cas par cas. Je ne peux pas vous dire si [la fermeture de classe aura lieu] à partir de un ou deux cas. C’est du cas par cas en fonction de la manière dont cela s’est passé. La seule chose qu'il est important de signaler aux parents pour les rassurer, c’est qu’en 48 heures, on assure qu’ils seront contactés. La situation sera traitée.

La solution ensuite c’est l’école à la maison ?

Pour l’enfant qui va être isolé ce sera l’école à la maison. Par contre, on espère ne fermer aucun établissement, aucune école. Des fermetures de classes ? Probablement si des cas de Covid se manifestent. Mais pas les établissements et pas les écoles dans leur intégralité.

Y a-t-il des moyens de remplacement supplémentaires au cas où des enseignants sont malades ?

Dans le premier degré, nous avons des brigades de remplacement qui sont suffisantes. Elles peuvent intervenir très rapidement. Dans le second degré, on applique les principes habituels c’est-à-dire un remplacement au-delà de 15 jours d’absence. Mais on a les effectifs, que les parents ne s’inquiètent pas !

Autre inquiétude des parents, puis-je amener mes enfants en classe en maternelle ?

Le protocole ne l’interdit pas. Le choix qui a été fait dans la plupart des écoles c’est de privilégier les entrées à l’école, c’est-à-dire les plus petits ou le CP en école élémentaire. Ce que l’on peut demander aux parents, c’est de venir à un plutôt qu’avec les deux parents pour éviter l’effet de masse.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société rentrée scolaire éducation