"Nous sommes atterrés", le monde du spectacle en plein désarroi après les annonces de Jean Castex

Publié le Mis à jour le

"Les établissements recevant du public dont la réouverture avait été envisagée au 15 décembre, resteront fermés 3 semaines de plus. Les conditions posées pour leur réouverture ne sont hélas pas réunies." Les annonces de Jean Castex, sont tombées comme un couperet.  


 

"Nous ne sommes pas encore arrivés au bout de cette 2ème vague et nous ne serons pas, le 15 décembre, à l’objectif que nous nous étions fixés de passer en dessous des 5000 nouveaux cas par jour. Les conditions posées pour la réouverture des cinémas, des théâtres, des salles de spectacle, des musées, ne sont pas réunies. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour réduire le risque de devoir vivre un 3ème confinement dans les prochains mois.".

Ce jeudi soir, les annonces tant attendues de Jean Castex ont été ressenties très durement par tout ceux qui travaillent dans le monde du spectacle et de la Culture.

" Même si tous ces établissements disposent de protocoles sanitaires, la logique que nous devons suivre est d’éviter d’accroître les flux, les concentrations, les brassages de public, à un moment où nous devons continuer de les réduire autant que possible ".

" Je sais à quel point le secteur culturel s’était préparé, que les artistes ont répété, que toutes les filières étaient mobilisées, que tout était prêt pour que les rideaux se lèvent et les écrans s’illuminent,"  a dit le premier ministre. 

"Nous sommes atterrés"

A Chalon-sur-Saône, le directeur de l'Espace des Arts, Nicolas Royer, accuse le coup. " Tout était prêt pour la ré-ouverture mardi prochain avec un spectacle festif, créé sur mesure pour la fin de l'année ".

" C'est beaucoup d'énergie, beaucoup d'espoir, même si on doit être solidaire, penser aux gens qui sont malades ou isolés, le coup est dur ", dit-il, " d'autant plus qu'il n'y a pas de visibilité sur une éventuelle date de reprise d'acitivité ".

" Je pense à tous les artistes qui ont tellement donné depuis des mois et des mois"... Ce jeudi matin, il disait attendre les annonces du premier ministre, "la boule au ventre ". 

" Le spectacle, «Réveillons le théâtre ! Vous reprendrez bien un peu de spectacle », c'était donner un peu d'oxygène aux artistes. Maintenant, il va falloir rembourser les places. C'est la quatrième fois."

Nicolas Royer craint que les spectateurs ne se lassent. "C'est, dit-il, un rapport de confiance qui est un peu rompu, même si les gens nous soutiennent".

" Nous ne sommes pas égoïstes ", dit Nicolas Royer. " C'est dramatique pour les artistes et pour tous les gens qui espéraient s'offrir un peu de ces bulles d'oxygène ". 


"On a l'impression d'être un interrupteur mis en on-off par une main gouvernementale"

Au cinéma d'art et d'essai l'Eldorado, à Dijon, l'annonce de la ré-ouverture le 15 décembre, a été largement diffusée sur les réseaux sociaux. Le directeur, Mathias Chouquer, espère "au minimum un discours clair, des dates précises qui ne bougent plus. On l'impression, dit-il, d'être un interrupteur sur lequel une main gouvernementale ne cesse d'appuyer, on-off, en permanence".

L'Eldorado met en vente, pour Noël, des pochettes surprises à 25 euros, contenant 3 places de cinéma valables un an, accompagnées d'autres menus objets. Des affiches de cinéma sont également proposées à la vente en ligne.