• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Longvic : les blocages par les agriculteurs du dépôt pétrolier sont suspendus

© Sofian Aissaoui
© Sofian Aissaoui

La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs appellent à la suspension des blocages des raffineries. A Longvic, en Côte-d'Or, les agriculteurs avaient commencé le blocage du dépôt pétrolier ce mercredi 13 au matin.

Par Antoine Marquet avec AFP

Fin des blocages

La FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA), les deux syndicats agricoles majoritaires, appellent à la suspension des blocages des raffineries de France

Mercredi 13 juin, à Lyon, des agriculteurs qui bloquaient les allers et venues des camions de carburant à l'entrée du port fluvial Edouard Herriot, ont levé le barrage. L'évacuation a débuté à 9h15, sous pression des CRS.

Mardi 12 juin, en fin de journée, des camions de carburant ont commencé à s'approvisionner au dépôt pétrolier de Longvic, en Côte-d'Or.
Les agriculteurs ont bloqué l'accès ce matin, mercredi 13 juin, en positionnant notamment leurs véhicules à l'entrée de la raffinerie.

Contre l'importation de produits agricoles non-conformes aux réglementations françaises

Les blocages avaient débuté dimanche 10 juin dans une quinzaine de raffineries. La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) et les Jeunes Agriculteurs (JA) manifestaient contre l'importation de produits agricoles non-confirmes aux normes françaises

En Bourgogne-Franche-Comté, des agriculteurs se sont exprimés contre l'importation notamment d'huile de palme.

La filière de diester, transformation d'huile de colza en carburant, était menacée.

Les coûts de production en France sont supérieurs à la production étrangère. L'huile de palme importée pour la transformer en biocarburant pourrait provoquer une chute de 30 à 50 euros de la tonne de colza. 

La Confédération Paysanne et la Coordination Rurale opposées aux blocages


La Confédération Paysanne et la Coordination Rurale, autres syndicats agricoles, s'étaient opposées à ces manifestations.

Pour eux, ce n'était pas en bloquant les raffineries que les paysan-ne-s pourraient être sauvé-e-s. Ils jugeaient les débats faussés, pointant du doigt les liens étroits entre la FNSEA et certains industriels.

Le bilan environnemental de la transformation de l'huile de colza en carburant serait calamiteux.


A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus