Municipales 2020 : Second tour en juin ou septembre, voici la position des candidats à Dijon

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Letard
Le palais des ducs de Bourgogne à Dijon
Le palais des ducs de Bourgogne à Dijon

Quand aura-lieu le second tour des élections municipales ? Et après quelle campagne ? La question n’est toujours pas tranchée, plus de 2 mois après le premier tour. A Dijon, les 3 candidats arrivés en tête sont plutot favorable à un scrutin avant l'étét, mais avec des nuances.

Le conseil scientifique n’est pas opposé à l’organisation du second tour des municipales en juin. L’annonce a été faite dans un rapport publié lundi 18 mai. Il recommande néanmoins des conditions sanitaires très strictes et demande un point de situation 15 jours avant la date choisie.

A Dijon, François Rebsamen s'en félicite. Arrivé assez largement en tête du 1er tour le 15 mars 2020 avec un peu plus de 38% des voix, il occupe toujours son bureau à la mairie de Dijon. Mais en tant que maire sortant. Et il aimerait bien retrouver rapidement l’ensemble de ses compétences. Impossible par exemple de faire voter des mesures couteuses sans l'aval d'un conseil municipal élu.

"Si on veut que notre pays reparte, il faut faire des élections le plus vite possible, dans le respect des règles sanitaires bien évidemment !" - François Rebsamen


Il y a quelques jours, François Rebsamen a donc cosigné une tribune avec de nombreux maires de grandes villes pour demander l’organisation du scrutin en juin. « Si on veut que notre pays reparte, il faut faire des élections le plus vite possible, dans le respect des règles sanitaires bien évidemment ! résume le maire sortant. 70% de l’investissement public, c’est nous ! Ce sont les collectivités locales. Si on veut être là pour un grand plan de relance, on est prêt !  J’ai parlé à la ministre d’une rénovation thermique des bâtiments, ce serait un verdissement de l’économie. Encore faut-il qu’on en ait les moyens juridiques et politiques ! »

Selon le maire sortant, rien ne garantirait d’ailleurs qu’un report des élections en septembre ou octobre ne connaitrait pas les mêmes difficultés. « Rien ne dit qu’il n’y aurait pas de deuxième vague ! » fait-il remarquer ajoutant que selon lui, un report à l’automne obligerait à réorganiser les deux tours des élections.
 

Eviter de rejouer les 2 tours

Rejouer les 2 tours de l’élection ? Pas question pour Stéphanie Modde. La candidate EELV est arrivée en troisième position avec 15 % des voix. « L’idée est quand même que l’on puisse éviter de refaire entièrement cette élection c’est-à-dire 1er et deuxième tour, estime-t-elle. Ce serait un véritable casse-tête. Sans penser au coût financier et à l’énergie à trouver. »

Sans surprise, selon la tête de liste écologiste, « la question sanitaire » va primer sur l'organisation. « Nous sortons d’un confinement. Ce serait vraiment dommageable de devoir retourner dans ce confinement. Tout doit être mis en place, si les conditions sanitaires le permettent pour éviter de rajouter à ce que l’on vient de traverser. »

" La proposition que je fais est simple. C’est de demander publiquement que l’on instaure la possibilité de voter par correspondance." - Emmanuel Bichot

Pour réduire le risque sanitaire, Emmanuel Bichot, tête de liste de la droite arrivée deuxième avec près de 20 % des voix, fait une proposition. « C’est de demander publiquement que l’on instaure la possibilité de voter par correspondance. » Pour garantir des « conditions plus satisfaisantes », il demande que les électeurs aient le choix de se rendre aux urnes pour voter ou d’envoyer une enveloppe cachetée contenant leur bulletin de vote. «Je crois que ça nous mettrait à l’abri de tous les aléas d’évolution de l’épidémie que, nécessairement, personne ne peut maitriser aujourd’hui. »

Le vote par correspondance existe pour les élections legislatives des représentants des Français de l'étranger mais pas, par exemple pour leurs votes à la présidentielle. Son application l'échelle municipale semble donc compliquée sans modification de la loi. 
 

Quelle campagne ?

Pour les candidats, il n’est évidemment pas question de meeting ! Même les tractages sur les marchés paraissent compliqués. « Cela va être une campagne très particulière » concède Stéphanie Modde. Elle milite pour une campagne très courte centrée sur l’envoi des documents de propagande officielle. « Il faudra que tout soit fait pour que personne ne soit contaminé entre les sorties d’imprimerie et la distribution des documents officiels. Il peut aussi y avoir des débats télévisés ou par radio. Ce sera très court mais on aurait de toute façon du avoir une campagne de quelques jours » constate celle qui est encore adjointe à la maire de Dijon.
 

"Le but c’est que l’on puisse repartir dans un véritable débat démocratique, que l’on puisse terminer ces municipales et envisager l'après-covid" - Stéphanie Modde

A droite, Emmanuel Bichot envisage lui aussi une capagne "plus courte" et "adaptée aux circonstances". Arrivé deuxième, 18 points derrière le maire sortant, il veut croire que tout n’est pas joué. « Un 2e tour, c’est une élection différente » affirme Emmanuel Bichot. « Il ne faut pas que la démocratie reste confinée ! Je rappelle qu’au premier tour, à Dijon, la participation a chuté de moitié. Beaucoup de gens ne se sont pas sentis en sécurité pour aller voter. Il faut éviter cela. La légitimité démocratique passe aussi par là. »

De son côté, la candidate écologique espère que la crise actuelle permettra de convaincre davantage d’électeurs. Pour Stéphanie Modde, la question est de savoir « comment on va envisager l’après-covid ? Le but c’est que l’on puisse repartir dans un véritable débat démocratique, que l’on puisse terminer ces municipales afin de pouvoir passer à autre chose. Et notamment comment on envisage la reprise économique, dans quelles conditions et avec la transition écologique que l‘on souhaite amener le plus vite possible en France. »

 

VIDEO : Regardez le reportage à Dijon 

Le reportage à Dijon de Marie Jolly et Romy o-A-Chuck
 



Intervenants : 

  • François Rebsamen, Maire de Dijon (PS)
  • Stéphanie Modde, Candidate EELV
  • Emmanuel Bichot, Candidat LR

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.