" Ne pas laisser d'étudiants sur le bord de la route " : l'université de Bourgogne face à l'afflux de la rentrée

Le baccalauréat 2020 a accouché d'un taux de réussite record. Entre inquiétudes et questionnements, l'université de Bourgogne se prépare à un afflux important en première année.
L'université de Bourgogne se compose de six sites, répartis dans les quatre départements de la région.
L'université de Bourgogne se compose de six sites, répartis dans les quatre départements de la région. © Kirt / Wikimedia Commons
 Ils étaient 26 000 en 2012, ils sont aujourd’hui près de 35 000. Combien seront-ils à la rentrée à l'université de Bourgogne ?

" Il est un peu trop tôt pour vous répondre " répond Vincent Thomas, son président. Sur Parcoursup, tous les néo-étudiants ne sont pas encore fixés sur leur sort. Mais le président de l'université s'apprête à voir arriver un contigent important en première année. " Le nombre de bacheliers a largement augmenté par rapport à l'année précédente. Mécaniquement il en sera de même pour le nombre d'étudiants " expose-t-il. 

Pour l'heure, il est encore difficile de définir un nombre précis d'étudiants. Ni même les effectifs selon les filières. Cependant comme chaque année, le droit, la médecine et la psycho " devraient faire partie des parcours les plus demandés.

" Cela ne nous permet d'accueillir les étudiants dans de bonnes conditions " 

Dès lors, l'université et son président en tête, se préparent à cette rentrée et à cette probable augmentation des effectifs. Elle suscite quelques inquiétudes : " La place en amphi, globalement on l'a. C'est en revanche plus dur pour les TP (travaux pratiques) et les TD (travaux dirigés) qui se font par petits groupes ". 

Justement, ces capacités d'encadrement préoccupent Vincent Thomas. Depuis trois ans, 60 postes d'enseignants-chercheurs ont été gelés dans le cadre du plan retour à l’équilibre financier. L'élu s'inquiète aussi des dotations allouées par l'état : 5600 euros par an et par élèves. L'une des plus faibles de France nous dit-il. Il regrette :" Cela ne nous permet pas d'accueillir les étudiants dans de bonnes conditions ".

" Dans la plupart de nos formations, nous ne sélectionnons pas nos étudiants en première année. Nous les accueillons en fonction de nos capacités d'accueil "


L'optimisme quand même de mise

Le président de l'université veut tout de même se montrer " optimiste " : " Nous voulons être en mesure d’accueillir des étudiants chez nous, malgré cette augmentation de près de 7 points du nombre de bacheliers. L’objectif n’est pas de laisser des étudiants sur le bord de la route. Les étudiants ont tous reçu une réponse sur Parcoursup. Les choses se feront, je suis optimiste ".

Du côté de la Burgundy School of Business de Dijon, la problématique est la même. Dans cette école privée, le nombre de demandes sur Parcoursup, tout comme le nombre de candidatures aux concours d'entrée, sont en nette augmentation. Stephan Bourcieu, le directeur général explique : " En temps normal, on compte 270 élèves. À la rentrée cela va encore augmenter de 7 % ."


700 000 jeunes s'apprêtent à entrer sur le marché du travail

En fin d'études, lls seront 700 000 à entrer sur le marché de l'emploi en septembre. " À la rentrée, aucun d’entre eux ne doit se trouver sans solution "​  avait clamé le Premier ministre, Jean Castex. À l'université de Bourgogne, Vincent Thomas mise avant tout sur l'alternance. De plus en plus d'étudiants en dernière année y ont recours. il s'agit souvent d'un premier pas dans le monde de l'emploi.

L'autre porte d'entrée, ce sont les stages de fin d'études " inhérents à l'obtention du diplôme. " Pour certains étudiants, ces stages ont pu être annulés, voire reportés. Pour encourager ses étudiants à effectuer ces stages, l'université a prolongé l'année universitaire jusqu'au 31 décembre 2020 (début septembre habituellement).​​​​​​
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société