"On en profite comme si c'était le dernier"... Face à Angers, les supporters du DFCO retrouvent les tribunes

Publié le Mis à jour le

Après plus de 5 mois sans match de Ligue 1 à Gaston Gérard, les supporters du DFCO ont repris le chemin des tribunes. Une première rencontre de championnat face à Angers, ce 22 août.

A Gaston-Gérard, la vie s’était arrêtée le 7 mars dernier. Un stade rempli de supporters pour un match à haut risque pour le DFCO. Dijon recevait alors Toulouse. Et grâce à deux buts d’Hamza Mendyl et de Nayef Aguerd, les joueurs de Stéphane Jobard s’étaient imposés 2 à 1.

Les joueurs et les supporters ne savaient pas qu’ils avaient vécu leur dernier match avant une pause de près de 5 mois. Crise du covid-19, confinement, arrêt brutal du championnat… Une longue période avant la reprise officielle du championnat, ce samedi 22 août, pour un premier match face à Angers. 

Comment ce retour au stade se passe-t-il ? Les tribunes avaient-elles manquées aux supporters ? N'ont-ils pas peur de se retrouver dans un événement qui réunit plusieurs milliers de personnes ? Paroles de supporters.
 

"Une étape supplémentaire du déconfinement"

 

Dominique supporte le club depuis 6 ans. Et ce retour à Gaston Gérard est pour lui une étape supplémentaire du déconfinement : "C’est un autre signe que la vie reprend. La vie n’avait pas vraiment repris son cours tant que le foot et d’autres choses, comme les spectacles, n’avaient pas redémarré. Ça nous manquait de venir au stade".

Avec Bernadette et Guillaume, ils retournent donc au stade pour la première fois. Et ils ne sont pas vraiment inquiets : "Il y aura du monde. Mais le club a fait en sorte que tout se passe pour le mieux. On va au marché, faire des courses, les gens vont à travail, à l'usine... Là en plus, on n'est pas enfermé", précise Bernadette, elle aussi supportrice.

 

"On en profite comme si c'était le dernier"

 

La saison dernière, Michel avait pris un abonnement avec quatre autres amis. "On était à tous les matches, les uns à côté des autres. Là avec le covid, on peut venir, mais on sera séparé", précise-t-il. 

Il veut de nouveau prendre un abonnement pour cette saison 2020-2021. "On va essayer d’en profiter tant que ça joue, tant qu’on peut venir. On ne sait pas si dans deux mois on pourra toujours voir des matches... Peut-être qu’on ne reviendra plus. On profite presque comme si c’était le dernier match".

 

"C'est plus qu'un match de foot"

 

Pour Hervé et son fils Thomas, ces cinq mois sans football ont été difficiles. Car pour eux, venir au stade est presque un mode de vie. "Ça fait plaisir de revoir du foot, surtout chez nous… ça manquait. Le football ça se partage. Avec les supporters autour de nous, les abonnés… c’est une famille. On connaît plein de monde. Normalement on se retrouve tous les samedis soir. C’est une sortie. C’est plus qu’un match de foot, c’est un tout, c’est une fête. Ça on le retrouvera pas… mais au moins on verra un match, c’est mieux que rien", explique Thomas, qui supporte le DFCO depuis 10 ans.

"Ce qui nous manquait particulièrement, c'est le moment convivial du football, en famille, entre amis. Là on va être un siège sur deux. L'ambiance risque d'être particulière. Mais ça nous permettra d’écouter un peu plus l’ambiance sur le terrain, les joueurs et les entraîneurs !", ajoute Hervé.

Eux n'ont plus n'ont pas l'air inquiets par le fait d'assister à un événement regroupant plusieurs milliers de personnes : "C'est le premier, on verra comment ça se passe. Mais s'il n'y a pas beaucoup de queue, si les gens sont corrects, ça devrait bien se passer". 
 

"A la télévision, c'est pas pareil"

 

"Le stade, l’ambiance… Ça fait du bien de retrouver tout cela. C’est quelque chose de particulier, ça manquait", précise ce supporter.

Depuis la reprise des compétitions, notamment de la Ligue des champions, ce passionné a revu des matches, mais à la télé : "Ce n'est pas pareil. Ça fait du bien d'être au stade. Les matches à la télévision, sans public ni rien, ce n'est pas génial. Là même s'il y a moins de 5 000 personnes, c'est déjà ça !".