PAROLES DE JEUNES. Habituées à la canicule, comment les nouvelles générations voient l'avenir ?

La Bourgogne connaît des températures sans précédent ces derniers jours, ce qui est préoccupant pour les étés à venir. Une inquiétude au sein des jeunes générations qui ont grandi avec la canicule en été. Mais en ont-ils peur pour l'avenir ? France 3 Bourgogne leur a posé la question.

La France vient de vivre la journée la plus chaude de son histoire ce mercredi 23 août. Des températures étouffantes, mais qui sont désormais devenues une habitude pour les plus jeunes. Depuis leur naissance, ils voient les températures grimper chaque été.

Comment vivent-ils les fortes chaleurs continues depuis leur naissance ? Que font-ils à leur échelle pour lutter contre le réchauffement climatique ? Comment imaginent-ils leur futur ?

Nina : "je vois que les saisons ne sont pas à leur place"

Au début, je ne m'en rendais pas trop compte que les températures grimpaient. Récemment, je vois que les saisons ne sont pas à leur place. Ça me perturbe quand chaque été je vais en Algérie et je vois que ça brûle. Pourquoi faire des enfants et continuer alors qu’on court à notre perte ? Mes amis ne veulent plus sortir à 14 heures.

On n'a jamais appris aux personnes âgées à faire attention à la planète. La nouvelle génération prend conscience que vivre vert, c’est mieux. On essaye d’apprendre le tri, le compost. J’essaye de faire rentrer ma maman là-dedans, avoir des petites actions.

Soit on continue à encore plus produire jusqu’à ce qu’on sorte avec des combinaisons anti-UV et des masques pour respirer dehors, soit la société prend conscience. Par exemple, pour certaines nourritures, il ne suffit pas d’arrêter complètement, on peut juste se raisonner. 

Emma : "Je me sentirais vraiment égoïste de faire des enfants dans le futur qu’on va vivre"

C'est quelque chose qu'on va devoir vivre de nombreuses années, et ça va même être de pire en pire. On va devoir agir à notre petite échelle. Je me sentirais vraiment égoïste de faire des enfants dans le futur qu’on va vivre. 

Je prends rarement la voiture, je prends tout le temps les transports en commun. C’est difficile à notre échelle de faire des petits gestes au quotidien. Je trie, je fais attention à ma consommation d’électricité.  

Le futur, je le vois étouffant et très compliqué à vivre. On va devoir changer toutes nos habitudes. On va devoir subir, et je ne pense pas que le gouvernement va faire des choses par rapport à ça.

Thibaud : "Ça fait peur, mais on est habitué à avoir des incendies partout dans le monde"

On s’y habitue, on met des petits choses en place. En ville, l’été c’est compliqué dans l’appartement. Je n'avais pas de ventilateurs, mais j’ai investi parce que le soir ce n'était pas possible de dormir. La douche froide, c’est un classique face à la chaleur. Quand je vais courir, j’y vais vers 21 heures.

Quand j'allais en Grèce avec mes parents et les incendies, c’est impressionnant. Ça fait peur, mais on est habitué à voir des incendies partout dans le monde. Aujourd’hui, ça ne m’affole pas parce qu’on est habitué. Est ce que c’est normal ? je ne pense pas.

Pour les personnes plus âgées, les sujets n'étaient pas mis sur la table à cette époque là. Si aujourd'hiui on a le confort de vie, c’est parce qu’ils nous ont permis d'avoir toute cette technologie-là. Je pense que toutes les technologies qui vont arriver vont permettre de passer au-dessus de ça. J'ai entière confiance dans l’adaptation de l’homme. On va trouver des solutions.