Prix Nobel 2020 : qui sont les Nobel Bourguignons ?

C'est la saison des Prix Nobel, durant une semaine, l'académie des Nobel décerne les 5 titres principaux. La Bourgogne est une terre de savoirs et de connaissances, mais connaissons-nous vraiment qui sont nos anciens "Nobel" Bourguignons ?

Le prix Nobel distingue quatre catégories : médecine, physique, chimie, littérature et une cinquième, prestigieuse, le prix Nobel de la Paix
Le prix Nobel distingue quatre catégories : médecine, physique, chimie, littérature et une cinquième, prestigieuse, le prix Nobel de la Paix © Jean-Luc Flémal/BELPRESS/MAXPPP - Illustration Nobel | Illustration Nobel 02/02/2020
Ils sont peu nombreux, nos "Nobel" Bourguignons, mais qui sont-ils ?
Le dernier en date, remonte à ... 1977 !

Roger-Charles Louis Guillemin

Cet endocrinologue, reçoit le prix Nobel de Médecine en 1977. Il est né en 1924 à Dijon, et a passé ses études de médecine à l'Université de Bourgogne en 1943.
Il s'installe en 1948 comme médecin généraliste à Saint-Seine-l'Abbaye, mais s'intéresse à l'endocrinologie et part pour le Canada pour l'université de Montréal. 
Il poursuit sa carrière aux Etats-Unis, au Bayor College of Medecine (Houston, Texas) où il va enseigner pendant 17 ans, jusqu'en 1970. Il ira ensuite à San Diego, où il participe à la création du laboratoire de neuroendocrinologie.
Il partage son prix Nobel en 1977 avec Andrzej Wiktor Schally et Rosalyn Yalow pour leurs découvertes sur les neurohormones.

A l'occasion du salon Biovision le 12 avril 2005, dix prix Nobel participent au lancement du salon Biovision. Le professeur Roger GUILLEMIN Physiologiste prix Nobel 1977.
A l'occasion du salon Biovision le 12 avril 2005, dix prix Nobel participent au lancement du salon Biovision. Le professeur Roger GUILLEMIN Physiologiste prix Nobel 1977. © DARGENT Vincent/MAXPPP/LYON/12/04/2005

Romain Rolland

Il est le lauréat du prix Nobel de Littérature en 1915. Né à Clamecy (Nièvre) le 29 janvier 1866 et mort à Vézelay le 30 décembre 1944.
D’une culture baignée dans la passion de l’art et de la musique (opéra, Michel-Ange, Scarlatti, Lully, Beethoven, amitié avec Richard Strauss) et le culte des héros, il a recherché durant toute sa vie un moyen de communion entre les hommes.
Son exigence de justice le poussa à rechercher la paix « au-dessus de la mêlée » pendant et après la Première Guerre mondiale.
Tenaillé par son idéal humaniste et sa quête d’un monde non violent, par son admiration pour Léon Tolstoï, grande figure de la non-violence, par les philosophies de l’Inde (conversations avec Rabindranath Tagore et Gandhi), l’enseignement de Râmakrishna et Vivekananda, par sa fascination pour ʿAbd-al-Bahāʾ (il lui fait référence dans « Clérambault »), puis par le « monde nouveau » qu'il espérait voir construire en Union soviétique.
Il s'installe en 1937 à Vézelay (Yonne) pour y rédiger ses mémoires et décède en 1944.
 
L'écrivain français Romain Rolland (à d.) rend visite au romancier et dramaturge russe Maxime Gorki (à g.), durant l'été 1935 à Moscou.
L'écrivain français Romain Rolland (à d.) rend visite au romancier et dramaturge russe Maxime Gorki (à g.), durant l'été 1935 à Moscou. © AFP

Louis Renault

C'est un juriste, professeur de droit international, qui a reçu le prestigieux prix Nobel de la Paix en 1907 (partagé avec Ernesto Teodoro Moneta).
Né à Autun le 21 mai 1843 et mort à Barbizon (Seine-et-Marne) le 8 février 1918, il est agrégé à la faculté de droit de Dijon en 1868, chargé de cours à la faculté de droit de Paris en 1873 puis professeur à cette même faculté en 1881 (chaire de droit des gens).
Dès 1890, il est jurisconsulte du ministère des Affaires étrangères français, puis membre de la Cour permanente d'arbitrage de La Haye. Il est également un membre fort actif de l'Institut de droit international.
 
Le juriste Louis Renault
Le juriste Louis Renault © Source inconnue - domaine public
 

Claude Simon, un enfant du pays d'Arbois (Jura) 

Bien qu'il ne soit pas né à Arbois, Claude Simon (1913-2005), prix Nobel de littérature en 1985, y avait sa famille et ses origines.
Claude Simon entre dans la Bibliothèque de La Pléiade (ed. Gallimard), qui publie le 16 février 2006 en un volume l'essentiel de ses oeuvres. L'écrivain, décédé le 6 juillet 2005 à l'âge de 91 ans, avait choisi lui-même les textes qu'il désirait voir publiés dans la collection.
Photo datée du 17 octobre 1985 du prix Nobel de littérature 1985 Claude Simon à Salses-le-Château.
Photo datée du 17 octobre 1985 du prix Nobel de littérature 1985 Claude Simon à Salses-le-Château. © Archives AFP PHOTO JEAN-PIERRE MULLER
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sciences culture littérature livres