Seulement 23 heures de soleil depuis le début du mois ! Cette ville de Bourgogne est la moins ensoleillée de France

Depuis début mars, Dijon (Côte-d'Or) n'a été ensoleillée que... 23 heures, soit bien en-deçà de la moyenne. On vous explique pourquoi le soleil a du mal à se montrer dans la Cité des Ducs en ce début d'année.

Il faut bien l'admettre : Dijon dans la grisaille, ça n'a rien d'inhabituel. La capitale de la Bourgogne se retrouve plus que régulièrement enveloppée par le brouillard ou les nuages. Et ce n'est pas ce mois de mars 2024 qui va changer la donne : en 14 jours, seules 23 heures d'ensoleillement ont été enregistrées dans la ville. Déprimant ? 

Vers une absence de soleil record

Un chiffre qui fait de Dijon la ville la moins ensoleillée de la région - Auxerre cumule par exemple 38 heures de soleil, Besançon 29 -, mais également de France. "En général, Dijon n'est pas la ville la moins ensoleillée de France. Il s'agit plutôt de Metz ou du nord de la Lorraine", détaille Guillaume Séchet, météorologue et créateur du site Météo Villes. "Là, on constate cependant que le déficit est énorme par rapport aux années précédentes."

Sur la première moitié du mois de mars, Dijon est en effet exposée à 64 heures de soleil en moyenne, soit pratiquement le double du taux d'ensoleillement actuel. Si la tendance se poursuit jusqu'à avril, ce dernier n'atteindra que 46 heures, ce qui ferait de ce mois-ci 2024 le mois de mars le moins ensoleillé depuis 1950. Record détenu, pour l'heure, par mars 1964, avec 61 heures de soleil.

"Si les choses continuent sur la même lancée, on pourrait effectivement avoir affaire à quelque chose d'exceptionnel", précise Clément Meirone, météorologiste à Météo France. "Pour le moment, il faut tout de même le prendre avec précaution, car le mois n'est pas fini et il est difficile de savoir comment les choses peuvent évoluer d'ici là."

À noter que si mars 2024 pourrait établir un nouveau record, il sera encore loin de décrocher une place sur le podium des mois les moins ensoleillés dans la ville. En novembre 1958, le soleil ne s'est montré que... 6 heures ! "Traditionnellement, les mois les plus gris sont ceux de l'automne et de l'hiver", indique Guillaume Séchet. "Au printemps, plus on avance dans l'année, plus on a du soleil car les jours rallongent."

Humidité, perturbation de l'Atlantique...

Mais pourquoi la grisaille est-elle si omniprésente à Dijon ? "La grisaille dijonnaise, c'est tout à fait classique", explique Clément Meirone. "Elle a très souvent du mal à partir, en partie à cause du fait que la ville est coincée entre les massifs du Morvan et du Jura, ce qui la 'protège' en quelque sorte."

► À LIRE AUSSI - Vrai ou faux : Dijon est-elle la capitale française du brouillard ?

En parallèle, la région a été touchée par des "flux d'ouest" au cours des dernières semaines. "En somme, une humidité venue de l'Atlantique", ajoute Guillaume Séchet. "En plus de ça, il a plu quasiment tous les jours en mars à cause de cette perturbation, à laquelle s'ajoutent une présence importante de nuages bas." Et malgré les éclaircies de ce jeudi après-midi, ces perturbations devraient à nouveau cacher le soleil dès vendredi, jusqu'au début de la semaine prochaine.

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité