• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

#studio3 : Silicon carne ou l'énergie brute

Le groupe de rock tribal Silicon carne / © Nathalie Zanzola
Le groupe de rock tribal Silicon carne / © Nathalie Zanzola

Entre voix chamaniques et percussions puissantes, le groupe Silicon carne revisite le rock et fait vibrer le plancher de #studio3.

Par Tiphaine Pfeiffer

Silicon carne.
Ce nom étonnant sonne comme un appel au voyage...

Derrière ce jeu de mots, né d'une longue nuit de musique, se cachent Bérénice Toutant et Clément Bordat.

Musiciens et chanteurs, ils font craquer les bois des guitares, claquer les peaux et résonner les tambours.
Leurs voix, chaudes et profondes, se transforment parfois en cri.

Du rock tribal, en quelque sorte.

Dix ans de musique 

Silicon carne est né d'un coup de foudre musical le 8 décembre 2009, sur une place de Saône-et-Loire alors qu'ils sont réunis pour un boeuf entre musiciens.
Ils sont trois à l'époque à unir leurs talents :  Antoine au chant, Bérénice à la guitare et, à la batterie, Clément.
Les deux garçons emménagent à Dijon dans la foulée pour que le groupe puisse commencer à répéter et à tourner.
Finalement, Antoine part vers d'autres horizons, remplacé quelques années par Wassim.

Depuis 2014, Bérénice et Clément sont en duo et Silicon carne a évolué.
Il n'est plus question pour eux de se cacher en fond de scène.
 
le groupe bourguignon de rock tribal Silicon carne / © Nathalie Zanzola
le groupe bourguignon de rock tribal Silicon carne / © Nathalie Zanzola

De la contrainte est née d'autres talents : ils ont appris de nouveaux instruments et en jouent désormais une douzaine à eux deux parmi lesquels le berimbau, l'accordéon, la guitare et une multitude de percussions. 
Ils se sont mis au chant avec une ligne directrice : rester dans l'énergie plus que dans la justesse.

Ils ont aussi développé une esthétique en rapport avec leur musique : maquillage, photos, vidéos.
Le groupe ne monte plus sur scène sans "peintures tribales" depuis 2011 mais ces maquillages n'ont rien de codifié.

Par ailleurs, chaque chanson du nouvel EP sera accompagnée d'une photo prise par la manageuse du groupe, Emilie Michel
 
Here comes tje sun, Silicon carne / © Mi Ly
Here comes tje sun, Silicon carne / © Mi Ly
 

Engagés ?

Dans leur nouvel EP éponyme, Silicon carne propose deux titres plutôt engagés : "Calm and quiet" aux accents hip-hop et "Trumpy dumpty" plus punk.

Avec "Calm and quiet", le groupe bourguignon parle de la révolte qui couve, de la désillusion qui vient avec l'âge.
Bérénice Toutant explique : "Calm and quiet, avec même d'être une revendication politique, c'est un constat d'échec personnel sur la façon dont on a toujours envie de changer le monde et finalement, on ne fait rien et on reste sur son canapé".

"Trumpy dumpty" reprend une expression américaine créée en référence au personnage de Humpty Dumpty d'Alice au Pays des Merveilles de Lewis Caroll.
L'expression se moque des personnes qui rêvent d'élever un mur entre eux et les autres, d'où le néologisme formé avec le nom du président américain Donald Trump depuis son projet de mur à la frontière mexicaine.
 
 

Les deux trentenaires ne revendiquent pas d'influences particulières mais se nourrisent de musiques venues du monde entier (Brésil, Mongolie, Afrique...)
Admirateurs des Tambours du Bronx, Bérénice et Clément ont pu enregistrer leur EP au studio que le groupe a ouvert à Nevers.

Bérénice explique : "Même si musicalement on n'est pas dans la même lignée, au niveau de l'énergie, il y a vraiment quelque chose. Ce qu'on admire, c'est cette espèce de brutalité et de viscéralité... Dans ce qu'ils font, ils sont entiers."

Comme leurs glorieux aînés, Silicon carne déploie tout son talent sur scène où ils seront le 17 octobre 2019 au Deep inside à Dijon.
 


L'origine de leur nom, leur goût pour la chanson, ce drôle de maquillage... Bérénice et Clément avouent tout !
C'est rapide, décalé, rigolo !
Voici l'interview Expresso de Silicon carne.
 
Découvrez d'autres artistes sur le plateau d'#studio3
 

#studio3 a été réalisé par les équipes de France 3 Bourgogne :

Son : Pascal Di Betta et Antoine Bergey
Lumières : Jean Picard
Cadreurs : Eric Demangel et Jean-Philippe Beuleygue
Mise en images : Patrick Genevois
Techniciens vidéos : Vincent Chapuis, Emmanuel Picaut et Cédric Torelli
Machiniste : Ronald Boucheron
Scripte : Anne Bruynooghe
Cadre technique : Christophe Brunel
Montage : Cécilia Ngoc
Journaliste : Tiphaine Pfeiffer

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Extrait film amateur du 8 septembre 1944 et témoignages ancien maquisard

Les + Lus