Violences à Dijon : le président Tchétchène soutient les actes commis aux Grésilles

Dans un long message posté sur son compte Telegram vendredi 19 juin, le dirigeant de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov, justifie les affrontements qui ont lieu le week-end dernier à Dijon. « Je pense que les actes des Tchétchènes ont été corrects » écrit-il.
 
Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov à Riyad (Arabie Saoudite), en marge d'une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le roi Salman d'Arabie Saoudite, le 14 octobre 2019.
Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov à Riyad (Arabie Saoudite), en marge d'une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et le roi Salman d'Arabie Saoudite, le 14 octobre 2019. © (ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK)

Alors que le calme revient doucement dans le quartier des Grésilles, et au lendemain d’une descente de police et de l’interpellation de six jeunes Tchétchènes, le président Razman Kadyrov prend position en faveur des membres de la communauté Tchétchène en France.

Sur son compte Telegram, il justifie les actes de violences qui ont été commis et explique que si ces évènements ont eu lieu c’est parce que les autorités locales n’ont pas su intervenir :

"Je surveille de près la situation à Dijon où, comme on dit dans les médias, des affrontements ethniques ont eu lieu. Je ne suis pas d'accord avec cette évaluation de la situation. Ce n'était pas un affrontement interethnique. Les autorités locales ne pouvaient pas mettre les choses en ordre avec les trafiquants de drogue, créant le chaos, puis la jeune génération a pris le contrôle de la situation."

Ancien séparatiste, le président de la République tchétchène est un fervent soutien du président russe Vladimir Poutine.

Depuis le 26 juillet 2014 il est interdit de séjour sur le territoire des pays de l'Union européenne.

Le message original du président Kadyrov sur son compte Telegram

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers politique