Vivre ensemble : des migrants apprennent le français à l'université grâce à des bénévoles

Depuis septembre 2016, sans aucun budget, l'Université de Bourgogne a mis en place un dispositif d'apprentissage intensif du français. Une quarantaine de personnes, des Syriens essentiellement, ont cours tous les matins. Des cours prodigués par des bénévoles.

Par Maryline Barate

Ils sont essentiellement Syriens mais aussi Irakien, Erythréen. Ils ont dû quitter un pays en guerre ou les menaces qui pesaient sur eux. Dans leur exil, ils ont souvent perdu non seulement leurs familles, leurs amis mais aussi une très bonne situation, Ils étaient étudiants, enseignants, dentiste, pharmacienne, chef d'entreprise. Pour ce public dont le niveau d'études est intéressant et pour d'autres dont la motivation est forte, l'Université de Bourgogne a mis en place un dispositif d'apprentissage intensif du français à a rentrée dernière.

Une action bénévole


Ils ont cours tous les matins pendant trois heures. Grammaire, orthographe, vocabulaire, syntaxe, ils balayent toute la complexité de la langue de Molière. Leurs professeurs sont des bénévoles - essentiellement des enseignants - qui ont répondu présents quand le Pôle international de l'Université a lancé cet appel. Faute de budget, il s'agissait de trouver des personnes qui souhaitaient s'engager de façon désintéressée. Les après-midis, ce sont des étudiants faisant du tutorat qui prennent le relais tout aussi bénévolement. Grâce à eux, les apprenants peuvent exercer leur oral, le français de la vie quotidienne.

Une porte d'entrée vers l'enseignement supérieur

L'objectif de ce dispositif est de permettre aux bénéficiaires de parler couramment, de comprendre les usages et la culture française et ainsi gagner en autonomie. Mais cela ne s'arrête pas là. Ces cours intensifs sont au service du projet professionnel des apprenants. L'Université de Bourgogne souhaite qu'ils entament ou poursuivent des études universitaires à la rentrée prochaine. C'est déjà le cas pour certains d'entre eux qui devraient intégrer des cursus d'informatique, de mathématiques ou de langues à la rentrée prochaine.

Le reportage de M. Barate et R. Liboz avec :
  • Nawar Almobayed, apprenant syrien
  • Shahd Sawan, apprenante syrienne
  • Isabelle Schmitt, enseignant-chercheur et bénévole dans le dispositif
  • Bénédicte Fortier, directrice du Pôle International de l'Université de Bourgogne
  • Roula Al Helou, apprenante syrienne
  • Gaston Mel, étudiant en licence de psychologie et tuteur d'apprenants
Université de Bourgogne : les migrants apprennent le français de façon intensive grâce à des bénévoles
Depuis septembre 2016, sans aucun budget, l'Université de Bourgogne a mis en place un dispositif d'apprentissage intensif du français. Une quarantaine de personnes, des Syriens essentiellement, ont cours tous les matins. Des cours prodigués par des bénévoles.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourgogne : pourquoi les agriculteurs bio ont-ils décidé de manifester?

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne